Fabien Chambry (frère du vainqueur du Grand Raid 2007) a la course dans la peau. Il court depuis son arrivée sur l’île, depuis 14 ans. Son frère Thierry, (vainqueur du Grand Raid 2007) lui a donné le virus.

Marié à Henriette, experts comptables tous les deux, quand l’un court, l’autre assure l’intendance et le ravitaillement. Mais cela c’était avant. Avant qu’Henriette n’attrape elle aussi le virus. Tout est parti d’une randonnée autour des vacances 2016. Fabien avait participé au TMB. De là à germer dans l’esprit des deux sportifs l’envie d’assouvir un vieux rêve. Voir New York et courir le marathon mythique. Pour Henriette qui n’a jamais couru de course, s’ensuit alors trois mois d’entrainement progressif. Traversée de Mafate, parcours du Grand Raid sac au dos en une semaine, Henriette est convertie. Un vrai challenge à relever.

5 novembre 2016. New York. Veille du départ. Le couple participe à une course de reconnaissance de 5 km. Il fait 6 degrés celsius. « Le moral est au beau fixe même quelque part on ne peut s’empêcher à l’attentat de Boston ».

6 novembre 2016. Jour du départ. « New York est composée de 5 îles, 5 districts reliée par des ponts gigantesques, autant de lignes droites interminables sur des kilomètres. Pour nous encourager, des groupes de musique se succèdent, la foule applaudit en criant Vive la France. Ca motive ».

Médaille au tour du cou devant le siège de l’ONU. Fière d’avoir terminée 35 205èmesur 50 000 participants en 4h57mn. Henriette est fière d’avoir accompli son exploit. En seulement trois mois de préparation.

Pour Fabien et Henriette, « cela reste une belle expérience. Prochaine étape : un marathon en Ecosse dans les Highlands ».

Autoportraits : Fabien Chambry

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentJungle fitness
Article suivantJohanne DEFAY | World compagnie
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici