Le bassin de Côte d’Or a souri aux nageurs réunionnais qui ont récolté une moisson de médailles dont 4 en or. Après la victoire 4-0 en football contre les Maldives, nos sportifs sont en forme et ont faim de médailles.

Ils l’ont fait. Les nageurs réunionnais n’ont pas démérité. Avec l’art et la manière se permettant même de battre un record. Et de prendre leur revanche sur l’indétrônable et tant redouté mauricien Vincent Bradley.

La natation « péi » a donc ouvert en fanfare le compteur des médailles en décrochant quatre médailles en or d’entrée de jeu. Alizée Morel et Ambroise Petit ont régné sur le 400 mètres quatre nages et les deux relais 4×100 ont triomphé dans les eaux de la bien nommée piscine de Côte d’Or, plaçant La Réunion en tête au tableau des médailles. Rien que cela. Ce qui a donné sans nul doute le sourire à toute la délégation à l’occasion de la cérémonie d’ouverture le soir malgré la pluie.

Sur le 50 mètres nage libre, Lou Ditiere monte sur la deuxième marche du podium alors que Manon Dijoux se pare de bronze privant la Seychelloise Felicity Passion de médaille. Trois autres médaillés en bronze viennent rejoindre les rangs avec Loïk Payet, Amélie Bordes et Milian Boucher en 50 mètres brasse.

Autant dire que l’exploit a motivé et survitaminé une équipe réunionnaise qui a retrouvé toute sa confiance et semble désormais parée pour affronter la suite des compétitions.

Ce sont donc au final 9 médailles qui sont tombées dans l’escarcelle réunionnaise (9 en or, une en argent et 4 en bronze). Et comme si cela ne suffisait pas, nos nageurs « péi » se sont offert le luxe de battre le record des Jeux au 4×100 mètres nage libre dames en 3’54“40. On attend la suite avec impatience.

Texte Pierre: Marchal
Photos Tonio: Baracchetti

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentOn aura tout vu!
Article suivantJeux pluvieux, Jeux heureux
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici