L’étiquette « exotique » jadis accolée à l’escrime 974 fait aujourd’hui partie du passé. A l’instant T, ils sont une grosse dizaine de jeunes tireurs péi à peupler les rangs des différentes structures d’élite éparpillées aux six coins de l’Hexagone. Parmi eux, Grégory Bon, El Habib Abdou, ou encore Kelly Lusinier font partie des espoirs les plus prometteurs.

De nos trois tireurs d’élite, Kelly Lusinier est celle qui a été mordue le plus tôt. Dès l’âge de 6 ans, dans un environnement familial propice à la pratique de l’escrime, celle qui, eu égard à sa silhouette longiligne, aurait tout aussi bien pu performer en saut en hauteur, a choisi la voie du sabre pour exprimer son talent. Bénéficiant du savoir de Maître Armougom (Bec), mais également de celui du spécialiste ès-sabre sur le caillou, Maître Voûte (Masque de Fer), afin d’aiguiser sa lame, la jeune fille a rapidement affiché des qualités naturelles.

Après avoir ainsi rayonné au plan régional, ne trouvant pas d’adversaire à sa taille sur l’île, dans une arme encore confidentielle chez les filles, elle a pris le chemin du pôle d’Orléans (Loiret), pour aller y parfaire ses gammes. En métropole, où elle tire aujourd’hui pour le Racing Club de France, dans la capitale, les résultats ne se sont pas fait attendre avec notamment cette belle seconde place sur le circuit européen M17 et une double médaille de bronze au plan national dans cette même catégorie.

A l’instar de ses deux camarades épéistes, la grande admiratrice de la « Guêpe », Laura Flessel, ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports, dont elle salue le palmarès et la « force mentale », a elle aussi le regard rivé sur ces JO 2024 qui font luire son iris. Après avoir battu la no3 mondiale lors du Coupe du monde M20 en Pologne, Kelly sait qu’elle a le potentiel pour tirer vers le haut. Elle doit désormais s’en donner les moyens. « Rien n’est impossible, dit-elle. Mais pour cela, il faut travailler. » CQFD.

LES AUTRES ESPOIRS 974

Mathilde DIJOUX (Tampon/Wattignies, Fleuret D)
Marion ROUSSEAU (Tampon/Bordeaux, Fleuret D)
Jules GÉRAUD (Espadon/Tarbes/Sabre H)
Jérémie CUSTINE (Masque de Fer/Tarbes, Sabre H)
Maël DENAUX (Buse/Bordeaux, Epée H)
Raphaël HOAREAU-BERKANI (Buse/Lyon, Epée H)

Texte: Etienne Grondin
Photo: Pierre Marchal

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentEl Habib ABDOU | Le frelon maoré
Article suivantJulie GUILLAUME et Juliette RONDET | Unies dans la lutte
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici