Des quatre boxeurs en lice lundi soir, seul Bertrand Pasquin s’est qualifié pour le tour suivant. Cinq Réunionnais débutent demain soir et tenteront d’effacer la déception des trois premières éliminations.

« On a perdu une bataille mais pas la guerre. » C’est un Raymond Gévia, certes abattu mais revanchard, qui s’exprimait au lendemain de la quasi-déroute essuyée par le club Réunion de boxe anglaise lundi soir au centre national de boxe de Vacoas. Trois des quatre boxeurs péi ont été éliminés, seul Bertrand Pasquin a pu se qualifier pour les demi-finales de demain mercredi.

Le co-entraîneur de la sélection avec Willy Blain, s’attendait certes à une chaude ambiance sur l’île Sœur. Mais, à l’instar de Kevin Tsang Him Lam (-49 kg, tenant du titre), l’encadrement réunionnais est tombé de haut. « On est très déçu pour Kevin, admettait Raymond Gévia. Ça s’est joué à peu de choses, et la décision est limite, et je suis poli. » Le Mauricien Sharvin Kumar Beedassee, galvanisé par la foule, a gagné le droit de poursuivre le tournoi.

Pour Ali Maoulana (notre photo, de face), chez les moins de 52 kg, c’est plutôt l’inexpérience qu’invoque le coach dionysien : « Ali s’est exposé au 1er round, s’est repris au 2e et a terminé fort le combat. D’ailleurs, un des juges le donne gagnant. Mais il a manqué d’assurance, c’était son baptême du feu au milieu d’une telle ambiance. A 20 ans, cela a de quoi impressionner. »

Bertrand Pasquin (-64 kg) n’a pas eu à s’employer pour se défaire du représentant des Comores mais Raymond Gévia regrette que le Chaudronnais n’ait pas pu poser sa boxe : « L’adversaire de Bertrand, disons que c’était un peu tout sauf de la boxe. Il fuyait, s’accrochait… Bertrand n’a jamais pu installer sa boxe, il a eu du mal à se défaire de son adversaire. On retiendra juste que c’était une mise en jambes pour la suite. » Une suite qui ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices puisque le protégé de Robert M’Tima affrontera demain en demi-finale Andrique Alissop, icône du Noble art aux Seychelles, et redoutable combattant. « Ça va être dur, reconnaît le coach, mais Bertrand a de l’expérience. »

Jami Abdallah directement en finale

Enfin, Benjamin Imouza (-75 kg) n’a pu éviter l’écueil représenté par son adversaire comorien. « Benjamin était face à un boxeur à sa portée, analyse Raymond Gévia. Il n’a pas suffisamment haussé son niveau pour pouvoir l’emporter. » L’autre quart de finale opposant le Mauricien Rosalba au Seychellois Edrian Boniface a été le clou de cette soirée de lundi avec un combat de très haute intensité, mentionne le coach, et une victoire… mauricienne, évidemment !

Demain mercredi, cinq des six Réunionnais à ne pas avoir encore combattu seront sur le ring de Vacoas pour des demies explosives. On rappelle que le Saint-Pierrois Jami Abdallah est directement qualifié pour la finale des moins de 56 kg vendredi. Son adversaire sera désigné demain à l’issue des demi-finales, entre le Mauricien et le Malgache. Julien Samourgompoullé (-60 kg) contre un Comorien, Sébastien Hoareau (-69 kg) contre le Seychellois Shain Boniface, Georges Castel (-81 kg) face au Mauricien Jean Christophe Otendy, Jean-Claude Jeanson (-91 kg) face au Mauricien Cédric Olivier et Romain Ticane (+91 kg) contre le Seychellois Keddy Agnès n’auront pas la tâche facile. « Ils étaient tous déçus lundi soir après les trois défaites de leurs copains, reconnaît Raymond Gévia. Mais ce matin (ndlr : mardi matin), on a parlé avec eux et ils sont ultra motivés pour aller à la guerre. »

Textes et photo : Jean Baptiste Cadet

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentTennis de table | finale de folie
Article suivantJudo | la moisson réunionnaise
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici