Installé à Bordeaux depuis 10 ans, le Réunionnais Laurent Chardard vient d’entrer par la grande porte dans l’histoire du handi Sport. Pour celui qui a fait de la natation un remède à son attaque de requin à Boucan Canot en 2016, où il perd un bras et une jambe en surfant, cet ingénieur originaire de l’Etang-Salé, vient d’inscrire son nom en grand dans l’histoire de la natation mondiale.

Après avoir décroché la médaille d’argent au 50m papillon aux Mondiaux de Para de natation à Londres, Laurent Chardard est désormais vice-champion d’Europe. Il en profite pour faire tomber le record en 31,41, et du même coup se qualifie pour les Jeux Paralympiques de Tokyo du 25 août au 6 septembre 2020.

Sept Français participaient le 14 septembre à cette finale du championnat du monde de Para du 9 au 15 septembre 2019 à Londres. Laurent Chardard porte haut les couleurs de la natation réunionnaise. Un palmarès qui ne fait que débuter.

Photo DR

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentChristian Dafreville | “Même à 9, j’ai toujours su qu’on pouvait s’imposer”
Article suivantPhoto du 17/09/2019
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici