Photographe professionnel depuis 6 ans, en arrivant sur l’île mon objectif se tourne assez vite vers les surfeurs étant moi-même un pratiquant de ce sport.

« Très vite, malgré la beauté des spots et le niveau impressionnant des gars à l’eau, je me rend compte que faire des photos depuis le bord n’est pas pour moi : cramer au soleil à attendre qu’un surfeur prenne une vague et fasse une belle manœuvre.

Je me suis donc mis en tête d’aller dans l’eau avec eux et photographier l’action en action.
En 2015 , je fais donc mes débuts en photo aquatique en m’achetant mon premier caisson étanche pour mon nikon D7000, mais c’est un caisson de plongée, ce qui rend la prise de vue un peu plus compliquée et fatigante.

C’est en 2016 que je décide alors, à contre courant des perspectives d’avenir pour le surf à la Réunion, d’investir dans un matériel plus adapté à la pratique de la photo de surf : un nouveau caisson aquatech et un nikon D7200 monté d’un objectif 20mm.

Depuis cela, je parcours les spots à la recherche des adeptes du tube.
Bien sur ,les conditions à la Réunion ne me permettent pas d’aller à l’eau quand je veux (taille des vagues, eau sale,vent…) c’est pour cela que je ne suis pas que photographe de surf, tous les sujets me fascinent et le champ de possibilité en photo est tellement vaste que je ne pourrais pas me contenter d’un seul univers.

Nager, plonger, se rapprocher au plus près du surfeur, se prendre des vagues sur la tête ,le tout avec un seul bras pour nager et l’autre qui tient le caisson . Pas simple mais tellement gratifiant quand le rendu est celui de cette sélection de photos ».

Photos: Antoine Veillard

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédent3 questions à Richard THOMARAT
Article suivantLucas DUBESSET, 12 ans, à l’assaut du Kilimandjaro
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici