La Jeanne d’Arc a loupé son entrée en lice ce dimanche. Défaite trois buts à 1 par l’Excelsior, les Portois se sont procurés des occasions, certes, mais n’ont pas soigné leur finition. Alors faut-il s’inquiéter pour les mauves ? Eléments de réponses.

Ce dimanche, tout aurait pu sourire à la Jeanne : un public venu en nombre, des joueurs d’expérience, une équipe de Saint-Joseph encore très tendre… Mais cela n’a pas suffi.

Dès les premières minutes de jeu, les Tangos mettent la pression sur la cage portoise, et obligent Grégory Pausé à un superbe arrêt sur une tête saint-josephoise. Très vite, Yoni Guezello trouve la faille, de la tête, et bat le portier mauve. 1-0.

Dès lors, les joueurs du Port commencent à pousser, se créent des occasions… Mais tour à tour, Tojo, Dina, Kéhi se heurtent à leurs imprécisions. Les tentatives sont nombreuses, mais trop souvent stériles car à côté du but Saint-Josephois.

Peu à peu, les Mauves font le siège face à la cage adverse, et oublient qu’en football, il faut aussi défendre. Mal leur en a pris, ce qui devait arriver arriva : contre-attaque assassine des Tangos, Mohammed El Madagri  transmet à Yoni Guezello qui signe un doublé (37′).

Les Mauves continuent ensuite d’attaquer, Dina trouve même la barre sur coup franc en fin de première période.

2-0, le score à la mi-temps. On se dit à ce moment-là que le score est flatteur pour l’Excelsior.

Bernard Mahmoud, nouveau coach portois, effectue donc plusieurs changements, avec entre autres l’entrée salvatrice de Soifidine Madi.

Malheureusement, et à part quelques fulgurances offensives de Tojo, rien ou presque.

Ce n’est qu’en fin de match que Dina, sans doute le meilleur “mauve” ce dimanche, réduit le score d’une frappe à ras de terre qui surprend Catrin.

Sauf que quand ça ne veut pas, ça ne veut pas :  dans la foulée, une erreur de Madi permet au jeune Guezello de signer un triplé.

Les tangos l’emportent 3 buts à 1, sans avoir brillé, mais en ayant su tirer profit de la maladresse adverse.

Grégory Pausé, le gardien portois, dresse une analyse sévère mais terriblement lucide en fin de match “Aujourd’hui, on peut jouer trois jours, on ne gagne pas. Nous, on a manqué de réussite et eux ont été ultra efficaces. Pour gagner un match, il faut marquer, et on n’a pas réussiàa le faire, c’est tout !

Même analyse pour Bernard Mahmoud, le coach :  “En première mi-temps, on a tout fait à l’envers. Tout ce qu’on a réussi à faire pendant notre préparation n’a pas été fait. On a privilégié l’enjeu avant le jeu, et c’est dommage. Je suis très en colère.”

Est-il trop tôt pour s’inquiéter du manque de réussite des attaquants portois dans ce match ? Oui, sans doute.

Mais les nombreux départs durant ces derniers mois, notamment en attaque, peuvent poser question.

Ladislas Douniama est parti à la Tamponnaise, Dimitri Brennus a quitté le club lui aussi.  Les Tojo, Kehi ou Mhoudine sont évidemment très talentueux, mais aussi très jeunes.

En défense, le départ de l’excellent Loic Myrthe semble également laisser un grand vide.

Tout autre résultat qu’une victoire, dimanche prochain, face au SDEFA sera évidemment considéré comme un échec.

Texte Kevin Payet
Photos Pierre Marchal

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentLe SDEFA en R1 à contrecœur
Article suivant“La Saint-Pierroise est-elle trop forte pour la R1 ? “
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici