Au terme d’un match moyen face à la Capricorne (0-0), la Saint-Pierroise a décroché son cinquième titre d’affilée en championnat. Les Sudistes doivent leur sacre à la contre-performance de Sainte-Marie, qui a chuté à Saint-Paul. Un titre et un triplé qui parachèvent une saison de rêve pour Les Cigognes, qui dès le début, avaient construit une équipe faite pour gagner. Analyse des raisons d’une saison historique pour le club sudiste.

Un effectif taillé pour la victoire

Auparavant, Saint-Pierre a longtemps voulu briller grâce à des stars comme Djibril Cissé, ou Jean Pierre Papin. L’expérience a montré que le recrutement de vieux briscards venus passer une retraite dorée à la Réunion n’est pas forcément gage de réussite. L’ancien auxerrois n’a d’ailleurs foulé la pelouse de Michel Volnay que quelques minutes, pour cause de blessure.
Cette saison, les dirigeants ont failli commettre la même erreur avec le très attendu Florent Sinama-Pongolle. Là encore, ce fut un échec. Malgré quelques fulgurances, le joueur formé au Havre n’a jamais donné satisfaction, et a préféré mettre un terme à cette expérience.
Saint-Pierre a brillé grâce à des joueurs du cru : Jean Michel Fontaine, Bertrand Bador, Mamy Gervais….Mais aussi grâce à des jeunes comme Ryan Ponti, ou encore en misant sur d’anciens « pros » pas forcément connus : On pense évidemment à Eliot Grandin (ex Caen et Marseille). Ce savant mélange de jeunesse et d’expérience a fonctionné.

Un management réussi

Ce n’est pas un scoop : pour gagner, il faut ménager sa monture, et le coach Christian Dafreville l’a bien compris.
Grâce à la profondeur de son banc, le technicien a su mettre en place un turn over lors des matchs dits moins importants ou face à des adversaires supposés plus faibles.
Ainsi, le public a pu découvrir des joueurs plus méconnus mais tout aussi talentueux que les titulaires habituels : Thomas Souevamanien en est l’exemple parfait.
La blessure, il y a quelques semaines, du gardien Ibrahima Dabo nous a aussi permis de découvrir (ou redécouvrir) l’exemplaire Mickaël Tsen-Tson, qui a 48 ans, a parfaitement assuré l’intérim.

Du répondant lors des matchs clefs

Malgré cette saison de rêve et ce triplé historique pour Saint Pierre, la saison n’a pas été de tout repos. D’abord, parce qu’il y a eu cette défaite il y a quelques semaines à Sainte-Marie en championnat. Un revers qui a, un temps, complètement relancé les hommes de Wilson Clara dans la course au titre. Malgré cette déception, les cigognes n’ont rien lâché et ont su rebondir en Coupe, mais aussi lors des échéances à enjeu de la Régionale 1.
On se souvient aussi de la demi-finale très disputée face à la Jeanne d’Arc en Coupe Régionale de France : Réduits a 9, les Sudistes ont su puiser dans leurs ressources pour l’emporter aux tirs au but.
La Saint Pierroise s’offre le troisième triplé de son histoire, le dernier datait de 1989. Christian Dafreville est évidemment un entraîneur comblé « C’est historique, on mérite notre victoire, on avait rendez-vous avec l’Histoire et on ne l’a pas manqué (….) On mérite notre titre. On a été les plus forts »

Texte : Kevin PAYET
Photos : Pierre MARCHAL

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentRégionale 1 | la lutte pour le maintien se jouera jusqu’au bout
Article suivantDimitri Payet pourrait quitter l’OM
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici