Le vendredi 16 août 2019 résonne comme un air de déjà vu pour Donavan Grondin, sacré champion de France Elite par équipe sur l’épreuve de l’Américaine avec Florian Maitre. Il vient de rééditer sa victoire de 2017 et s’octroie une nouvelle médaille à son palmarès déjà chargé. A 18 ans, Donavan a toujours soif de victoires. Avec toute l’insolence de sa jeunesse.

Donavan Grondin et ses compères ont décroché vendredi le titre de champions de France de la poursuite par équipe à Saint-Quentin en Yvelines. Celui qui truste les podiums depuis son jeune âge, déjà champion de France de l’américaine junior en 2017, a remis le couvert cette année. Après son titre en 2015 de champion de France de l’avenir sur route cadet, sans oublier le titre suprême de champion du Monde junior de l’omnium sur piste en 2018, Donavan poursuit son ascension à travers ses résultats, travail déjà engagé depuis de nombreuses années. Avec en ligne de mire les Jeux Olympiques de 2020.

De passage sur l’île début août, Donavan Grondin avait participé à une séance de dédicace dans le tout nouveau magasin « La Boutique du cycliste » de son sponsor « Loisi Bike » à Saint-Leu en plein centre-ville. Décontracté, tout sourire, il a déjà la maîtrise des grands, et la discrétion des champions. Humble, sa timidité cache une soif de victoires que son palmarès ne peut démentir. Donavan construit sa carrière, pas à pas, tel un métronome, méthodique et motivé. Rien ne semble pouvoir arrêter le jeune homme qui fêtera ses 19 ans le 26 septembre. L’année 2019 a été chargée, avec sa victoire en Italie au grand prix de Fiorenzuola d’Arda en omnium devant le champion du monde Elite Campbell Stewart et le vice champion du monde Benjamin Thomas. Rien que cela. Ainsi qu’une première marche lors de l’américaine dans la même ville. Une bonne préparation en vue des championnats d’Europe Elite aux Pays-Bas.

Sponsorisé par « Loisi Bike » à Saint-Leu

Confessant avoir appris à marcher grâce à l’appui providentiel d’un quadricycle lui servant de béquille – « j’ai enlevé les petites roues à 3 ans », glisse-t-il – le petit dernier de la fratrie est un coureur né. En signant sa première licence en janvier 2009 au TBS Team Bike Sangarin, localisé à Grand-Fond, « Dino », de son ti nom gaté, prend sans doute l’une des meilleures décisions de sa vie. La machine est lancée et au fil des années il s’avérera de plus en plus compliqué de l’arrêter.
Du Réunion Cycle Extrême (RCX) de la Chaloupe, au Sprinteurs Club Saint-Andréen (SCSA), où il apprend le métier sous les conseils de Sébastien Henriette, en passant par le Club Cycliste Saint-Louisien (CCSL), l’adolescent se révèle un stakhanoviste de la route. Capable d’endurer de gros volumes de travail, jusqu’aux cadets, il éclabousse de sa puissance et de sa classe chaque course à laquelle il prend part sur le caillou. Jusqu’à devenir champion de France de la catégorie en 2015. Le titre qui lui ouvre les portes du pôle de Bourges. La structure d’élite française qui le placera en orbite planétaire deux années plus tard.

A l’aise sur tous les terrains, Donavan ne s’interdit rien. Sprinteur, il est aussi à l’aise sur route que sur piste, en témoigne ses faits de guerre dès l’âge de 15 ans. Le Saint-Leusien est l’un des maillons forts du collectif France Endurance sur piste, mais ne veut pas pour autant délaisser la route. Donavan a même participé cette année au Paris Roubaix, épreuve qu’il n’avait pas forcément préparée. « Je suis parti avec des boyaux de 27mm. Je voulais me tester sur cette course mythique. C’est très dur physiquement et techniquement. Les pavés cela pique. Il faut essayer d’encaisser en roulant le plus vite possible. Je termine 29ème. C’est une sacrée expérience » confie t’il.
Titulaire de l’équipe Vendée U Pays de Loire, Donavan est bien entouré. « C’est important d’avoir une bonne équipe sur qui je peux compter, avec mon entraineur Léonard Cosnier, les directeurs sportifs Damien Paumereau et Morgan Lamoisson. Cela me permet de bien progresser et et d’atteindre mes objectifs ».

Soutenu par son sponsor du début « Loisi Bike » à Saint-Leu, Donavan peut compter sur sa bonne étoile et sa rage de vaincre. Il est désormais bien en piste sur la route du succès.

Texte et photo: Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentSaint-Denis trébuche
Article suivantLadislas Douniama | Mon corps était en manque de vitamines C !
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici