Alors que la cinquième édition de l’Open Mercedes a débuté hier au Colorado et au Golf Club de Bourbon de l’Etang-Salé, les meilleurs joueurs réunionnais sont prêts pour en découdre. Avec un plateau de choix : pas moins de 40 Français évoluant dans le circuit pro mais aussi des Suisses, des Belges et des Sud-Africains. C’est le rendez golfique de l’année.

Jean Marie Hoarau (handicap 5) pratique dès qu’il le peut sur les greens de la Réunion.

Jean Marie Hoarau est le président de la Ligue de Golf de la Réunion depuis 2017. Un sport qui se démocratise auprès du plus grand nombre et notamment au niveau des scolaires. Petit tour d’horizon sur les projets et les ambitions d’une ligue dynamique.

Gadiamb : Dans l’imaginaire collectif, le golf véhicule l’image d’un sport élitiste, difficilement accessible au plus grand nombre. Cela a-t-il évolué sur notre île ?

Jean Marie Hoarau : La Réunion compte 3 000 licenciés pour environ 3 300 pratiquants. Depuis 2013, nous travaillons en étroite collaboration avec l’IRT et la Région pour faire de la Réunion à travers les îles Vanilles une destination golf dans l’océan Indien. Cela représente plus de 2 200 touristes. Bien évidemment nous ne luttons pas à armes égales avec l’île Maurice qui totalise plus de 120 000 touristes golfeurs. Les Mauriciens disposeront d’ici 2020 de treize golfs de 18 trous. Nous n’en avons que deux, le golf du Colorado étant un 9 trous.

Le golf à la Réunion génère 95 emplois directs ce qui n’est pas neutre. C’est devenu une filière prioritaire dans le cadre du développement sportif régional.

Sur le plan scolaire, nous menons de nombreuses actions à destination des écoles à travers des journées découvertes et d’initiation et des stages. Ce qui nous permet de détecter les futurs champions.

Quels sont les Réunionnais qui s’illustrent actuellement au niveau national et mondial ?

Julien Sale est le premier Réunionnais à s’être qualifié aux USA à l’US Open amateur. C’est le plus grand tournoi au monde réservé aux 110 meilleurs du circuit. Il a terminé dans les 16 premiers ce qui constitue une belle performance.

Vous avez Galaad Hoarau (15 ans) qui est au pôle espoir d’Antibes et Charlotte Liautier (19 ans) qui doit passer pro en novembre. On compte 5 joueurs réunionnais sur le circuit pro européen. Jade Shaeffer (33 ans) et Manon Molle (27 ans) évoluent sur le LET (Ladies Européan Tour. Alexandre Daydou (25 ans) s’illustre lui sur le Challenge Tour alors que Christian Verrougstraete (25 ans) tourne sur le Golf Pro Tour. Il y a aussi Benjamin Kedochim (22 ans) sur le ALPS Tour.

Comment le golf à la Réunion peut-il encore évoluer ?

Notre ligue est celle qui fournit le plus de joueurs à la Fédération française de golf dans les pôles espoirs, en proportion du nombre de licenciés. Nos sportifs ont de grandes qualités physiques et la possibilité de pouvoir pratiquer toute l’année. C’est un plus indéniable. Mais l’éloignement avec les compétitions internationales est un vrai frein. Le manque de confrontations de haut niveau nous handicape.

Notre développement passe par des échanges avec les pays de la zone dont l’Afrique du Sud. La ligue investit 60% de son budget sur les jeunes avec un préparateur physique, un coach mental, et un entraîneur technique.

« Le Mercedes Open Golf Réunion ». Une date importante ?

Effectivement, c’est le rendez-vous golfique par excellence. C’est une manifestation qui regroupe six opérations distinctes :

  • Le Mercedes trophy (réservé aux clients de la marque)
  • Le Pro AM des entreprises ouvert aux équipes sur les sites du Bassin Bleu et du Golf de Bourbon à l’Etang Salé.
  • La « Golf Fraternity » qui regroupe un pro, un amateur et une personne porteuse d’un handicap.
  • Le Pro-AM du club 18 : 30 chefs d’entreprise mécènes de la Ligue à qui on offre une demie journée avec des pros pour un grand moment de partage.
  • La journée « Marmay Golf » pour les scolaires qui pratiquent dans le cadre de l’UNSS et en EPS regroupés autour des écoles de golf et du pôle Espoir. Soit 450 enfants sur le site du Golf de Bourbon.
  • Le Championnat de France professionnel de double homme les 28, 29 et 30 novembre. 40 professionnels français s’affronteront par équipe de deux face à une équipe suisse, belge, sud-africaine et réunionnaise.

Texte et photos: Pierre Marchal

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentOpen Henry Foucque au BOTC | c’est parti
Article suivantSépéroumal défie Beauséjour
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici