C’est en véritables héros que les joueurs du Saint-Denis FC se sont qualifiés samedi pour les 32e de finale de la coupe de France après un incroyable match qui les ont menés jusqu’aux tirs aux buts. Et pourtant les Réunionnais étaient bien loin d’être favoris sur le papier.

Ce fut un match épique, avec un suspense insoutenable comme seul le football peut proposer. Les supporters réunionnais venus soutenir leur équipe dionysienne ont eu les nerfs à vif avant de laisser exploser leur joie une fois la victoire acquise.
Le Saint-Denis FC a réussi l’exploit de se qualifier pour les 32e de finale de la coupe de France. Pour cela, les hommes de Fred Bachelier ont poussé leur adversaire du jour jusqu’à la séance de tirs au but où ils se sont montrés les plus adroits.
Que ce fut difficile, mais le ST-Denis FC verra les 32e de finale de la Coupe de France. Opposés au club de Canet-en-Roussillon, équipe de National 2, les Dionysiens n’étaient pas favoris. Surtout que leur adversaire avait fait tomber l’OM de Dimitri Payet l’année dernière et venait juste de prendre le scalpe de Pau, pensionnaire de Ligue 2.

Mais c’est sans complexe que les joueurs de Fred Bachelier ont entamé ce match. La stratégie était simple : faire le dos rond et jouer pleinement sa chance sur les contre-attaques. Une stratégie qui s’est avérée payante à la 41e minute lorsque Simouri ouvre le score.

Mais de retour de la pause, les Dionysiens ont légèrement baisser leur concentration qui a permis aux Catalans d’égaliser à la 53e minute sur penalty. Au lieu de couler, cette égalisation a renforcé la solidarité dionysienne. Les joueurs ont réussi à tenir bon, aidé par un gardien en grande forme.

Finalement, le SDFC parvient à atteindre la séance des tirs au but où les Réunionnais se sont montrés plus adroits. 7 tirs à 6, ce qui permet de poursuivre l’aventure. Et qui sait, ils vont peut-être avoir droit à une surprise puisque les équipes de Ligue 1 qui font leur entrée au prochain tour.

Photos Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentRéhane Gany troisième
Article suivantFred Robin, un soutien de poids à Hawaï
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici