A 29 ans, Thomas Ethève savoure sa victoire sur le championnat des 10 km sur route samedi soir, organisé par l’Athlétic Club de Saint-Paul et la Ligue Réunionnaise d’Athlétisme. Confidences sur son parcours et sur sa nouvelle vie au sein du RUC.

Enseignant d’EPS deux heures par semaine à l’université dans le cadre du SUAPS, le Dionysien ne pratique pas d’autres sports en dehors de l’athlétisme, si ce n’est parfois des activités qui viennent en complément de la course à pied, comme un petit peu de musculation ou du yoga.

Ancien licencié du COSPI, Thomas Ethève fait partie aujourd’hui du RUC : « J’étais licencié au COSPI (la ville dont je suis originaire) et je suis désormais au RUC. C’est un changement logique puisque je m’entraîne depuis quatre années avec ce groupe et puis les projets futurs autour de la performance sont tops. Aussi, avec à la base des valeurs d’entraide, de solidarité, d’échange… que je partage. Je trouve ma place pleinement dans ce club. Enfin, la possibilité d’échanger et de transmettre aux étudiants est quelque chose de plaisant et d’enrichissant ».

Son nouveau mentor et coach Éric Lacroix a largement contribué dans sa nouvelle forme, tant sur le plan physique qu’au niveau du mental, pour l’avoir entrainé afin qu’il puisse porter encore plus haut les nouvelles couleurs de l’Université de la Réunion avec Le RUC « Réunion Université Club ». Après une année difficile en raison de la crise sanitaire, les entrainements ont manqué : « En effet, la situation COVID a impacté le monde sportif et moi aussi. Pendant cette période, j’ai continué à m’entraîner dans la mesure du possible. On en a profité également avec Eric Lacroix (mon entraîneur), d’engager un travail de préparation mental. Aussi, j’ai profité de cette période où les compétitions étaient moins nombreuses pour passer l’agrégation d’EPS ».

S’il ne prévoit pas pour l’instant de s’engager sur un nouveau trail, il analyse sa performance sur sa dernière course comme l’accomplissement d’un long travail de préparation : « Je pense que l’amélioration du chrono est le résultat d’un travail entrepris depuis quelques années, il serait erroné de croire qu’il s’agit uniquement du travail réalisé sur les dernières semaines ».

Texte et photo Gil Victoire

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentAnissa Meksen, un exemple pour tous
Article suivantOdyssea revient en présentiel
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici