Le Conseil International des Jeux (CIJ) a tenu mardi 20 octobre 2020 une réunion en visio-conférence, dans laquelle les Maldives ont acté le fait de se retirer de l’organisation en 2023. Une décision lourde de conséquences mais fort logique aux vues de la situation sanitaire mondiale et de la crise que subit actuellement l’archipel d’atolls basé au Sud-ouest du Sri Lanka. Madagascar est sur les rangs pour organiser la prochaine édition des Jeux des Îles. Mais la question demeure quant à la pérennisation de cet événement sportif dans l’océan Indien.

La réunion du Conseil International des Jeux (CIJ) organisée par les Maldives qui s’est tenue mardi en visioconférence avec les représentants des Iles de Madagascar, Maurice, Comores, Mayotte, Seychelles, Maldives et La Réunion a débouché sur le retrait de l’organisateur. Le Ministre des Sports de La République des Maldives préoccupé par la situation du pays due à la crise Covid avec de fortes répercussions économique, touristique et sociale, a avoué ne pas être en mesure d’organiser ces jeux dans de bonnes conditions. Aussi la décision porte sur un retrait en 2023 et une possible organisation en 2025. Le Ministre des Sports est même ouvert à l’idée qu’un autre pays puisse organiser les Jeux en 2023. Perche saisie au bond par le représentant malgache. C’est en ce sens, que le Président du CNO de Madagascar a proposé d’organiser les Jeux en 2023 sur la Grande Ile. Pour ce faire, une nouvelle réunion en visio-conférence sera programmée dans un mois, avant la réunion en présentiel en février à Madagascar. C’est un véritable challenge pour le Président malgache Andry Rojoleina qui doit faire face actuellement à une grave crise alimentaire dans le Sud du pays. Reste une inconnue de taille : Madagascar aura-t-elle la capacité logistique pour accueillir autant de sportifs et de nations. En si peu de temps. Rien n’est moins sûr. Pour Adolphe Pépin, vice-président du Comité Régional Olympique et Sportif, interviewé par le JIR, « C’est plutôt logique pour nous, puisque Madagascar affrontait les Maldives pour l’organisation des prochains Jeux. Ils se sont positionnés, et c’est une bonne chose. Le coût sera moindre pour l’ensemble des délégations, ne serait-ce qu’au niveau des déplacements. Par ailleurs, c’est bien que les JIOI puissent se faire dans le bon cycle. En 2024, nous n’aurions pas pu (les Jeux olympiques ayant lieu à Paris à ce moment-là).”
Face à la grave crise que traversent actuellement les pays du monde entier, face aux annulations en cascade dans le milieu sportif, les Jeux des Iles jouent leur survie. Une annulation en 2023 et un report en 2025 augure mal de la pérennité de ce rendez-vous incontournable dans l’océan Indien. La COVID aura-t-elle la peau de nos Jeux. Réponse dans un mois.

Texte et photos: Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédent« Kilian n’est pas un extra-terrestre »
Article suivantJudo | les Championnats de France cadets en bonne voie.
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici