Le couperet est tombé ce dimanche, à la fin d’un match nul très disputé face à Saint-Pierre (1-1) : La Saint-Louisienne ne jouera pas en Régionale 1 la saison prochaine. Les Verts ont fini bons derniers du classement, place qu’ils ont occupés une grande partie de la saison et qui est, malheureusement pour eux, logique. Les raisons de ce naufrage sont multiples. Analyse.

Une addition de bons joueurs n’est pas forcément gage de réussite, le PSG nous le prouve tous les ans en Ligue des Champions.
Le constat est également valable dans notre bonne vieille R1 :
Vous pouvez compter dans vos rangs le très brillant Rédouane Dahri, l’expérimenté Mohamed El Madaghri, le talentueux Walid Chenine, le redoutable Thierry Gorée dans les buts… Mais cela ne suffit pas.
Le souci à Saint-Louis ne vient donc pas de la qualité de l’effectif, le problème est à chercher ailleurs. La valse des entraîneurs n’a pas aidé le club, et le coach, Sylvio Gado, arrivé à la mi-saison, n’a pas pu faire de miracles. Le technicien sudiste a hérité d’une équipe en manque de confiance et déjà engluée dans les profondeurs du classement.
« On a été abandonné de tous les cotés […] On est à notre place » a lâché l’entraîneur saint-louisien ce dimanche.
Colère partagée par Thierry Gorée « La municipalité nous a lâchés. On a été livrés à nous-mêmes car nous nous sommes retrouvés sans président. Les joueurs ne sont pas payés depuis 8 mois ».
Effectivement, restrictions budgétaires obligent, la mairie (principal mécène du club) a été moins généreuse. Le club s’est retrouvé en grande difficulté à partir de l’an dernier. Des soucis qui, évidemment, n’ont pas arrangé la situation sportive.
Autre problème : Le Stade Théophile Hoarau. Actuellement en travaux, il n’est pas possible d’y jouer depuis plusieurs mois déjà. L’équipe fanion est donc obligée de recevoir à Gaby Folio (commune de petite île). Conséquence : les supporters furent moins nombreux à venir encourager les Verts cette année.
La saison prochaine, Saint-Louis évoluera en Régionale 2. Difficile à encaisser forcément, pour l’un des clubs les plus titrés du football réunionnais.

Texte : Kevin PAYET
Photo : Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentUne progression remarquable
Article suivantLa décevante saison de la Jeanne
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici