La saison est terminée en judo avec la coupe régionale jiu-jitsu fighting et « ne waza » disputée samedi après-midi au dojo régional de Champ-Fleuri. Le jiu-jitsu fighting (ou combat) n’est pas une innovation fédérale puisqu’il est apparu au début des années 2000 mais la fédération française insiste sur cette variante « full », très certainement en prévision de la légalisation future du MMA. Les combattants s’affrontent dans les trois dimensions (soumissions, projections, percussions) avec des gants de karaté. C’est Alexandre Pépin qui chapeaute la commission jiu-jitsu fighting alors qu’Alexandre Payet supervise le « ne waza » (travail au sol).

Les Réunionnais ont déjà brillé en jiu-jitsu fighting avec un podium au championnat de France cadet (3e) et une 5e place en championnat de France senior. La ligue régionale peut s’appuyer sur une vingtaine de combattants. Samedi, seuls quatre étaient présents, un club ne s’étant pas déplacé. C’est Niflore qui l’a emporté devant Lallemand et Ledoyen. « La fédération entend développer et diversifier les pratiques. Le jiu-jitsu fighting est un excellent moyen de toucher à autre chose que le judo traditionnel. »

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentTriathlon 0-3000 | Lamarque vainqueur
Article suivantKick-boxing | Alexis GERMANE champion du monde
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici