On en sait un peu plus depuis aujourd’hui sur le cahier des charges de la compétition de surf des Jeux Olympiques : la waiting period pourra être utilisée en totalité et le CIO instaure un beach start pour chaque série. 

Quatrième journée d’entraînement pour l’équipe de France ce vendredi à Tsugarisaki beach. Dans des vagues qui ont légèrement gonflé, on frôle les 50 cm désormais, les Bleus ont eu une session pour eux tout seul en fin d’après-midi.
Sur la plage, le staff technique est au plus proche de l’océan Pacifique et du quatuor tricolore à l’entraînement. Et parmi eux, Stéphane Corbinien, le directeur de la performance du surf français. « On achève notre semaine de préparation sur le site de la compétition, explique Corbinien. On a découvert l’infrastructure, on prend nos marques. On sait aussi que les vagues qu’ils ont depuis le début de la semaine seront bien plus grosses pour la compétition. Mais c’est toujours bien de sentir ses planches, la houle peut monter vite et descendre tout aussi vite. Peut-être surferont-ils dans des petites vagues sur une journée… Et puis ça permet de continuer d’avoir ses appuis, de garder le contact avec l’océan, de garder le rythme. C’était l’idée cette semaine. »

Départs de la plage
Demain samedi, le directeur de la performance et les quatre athlètes participeront au meeting technique de la compétition. Un moment clé car beaucoup d’informations seront données. « Nous allons avoir des consignes de l’ISA et du CIO sur ce qui va se passer exactement. On a déjà appris une particularité inédite avec le beach start, issue du cahier des charges du CIO. » Les surfeurs de chaque série partiront ainsi du podium, pour traverser la plage et se jeter à l’eau. Ils auront 5min30 pour les 1er et 2e tour, puis 3m30 des 8es jusqu’à la finale. « On a commencé à anticiper sur cette nouveauté en avertissant nos surfeurs et en observant les répétitions des organisateurs cet après-midi », ajoute Stéphane Corbinien.
La waiting period jusqu’au 1er août
Autre info importante, et contrairement à ce qui avait été initialement annoncé, le directeur de compétition pourra utiliser toute la waiting period à sa guise. « On nous a expliqué qu’il se réserve de décaler le lancement de la compétition (prévue dimanche matin à 7h00 locales, ndlr), et d’utiliser toute la période qui va jusqu’au 1er août. On peut s’arrêter à tout moment et repartir plus tard. On peut même commencer un tour et ne pas le finir. »
A ce sujet, la compétition débutera-t-elle vraiment dimanche matin ? « Potentiellement oui, on sait qu’il y aura des vagues dès dimanche matin. Mais elle peut aussi débuter dimanche midi. Ou pas. On en saura davantage encore samedi soir (14h00 à La Réunion, ndlr). »

Texte et photo FFS

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentJohanne Defay : « Les JO c’est un rêve »
Article suivantStats en stock
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici