Anissa Meksen, numéro 1 mondiale de muay thaï et K1, a dispensé deux matinées de stage à destination des « fighters péi ». Un sacré petit bout de femme…

Il existait une anomalie dans le (petit) monde de la boxe pieds-poings réunionnaise : avec tous les champions « extérieurs » qui ont foulé les rings péi, comment se fait-il qu’une championne de la classe d’Anissa Meksen, 18 fois championne du monde de K1 et muay thaï, multiple championne de boxe française, sa discipline fondatrice, numéro 1 mondiale incontestée chez les moins de 52 kg, n’ait jamais été invitée sur l’île ? L’erreur est désormais réparée depuis le week-end du 9 et 10 octobre dernier, puisque, à l’initiative du Sermande Fight Club [téléphone : 0692 27 81 40, davy.vallee@gmail.com], de Pascal Sermande, Davy Vallée et de la mairie de Saint-Denis, Anissa Meksen et son coach-mari  Benoît Mateu ont dispensé un séminaire-stage de deux matinées à destination des combattants muay thaï, débutants le samedi, confirmés le dimanche.

« Pascal [Sermande] a contacté Anissa sur les réseaux sociaux, confirme Davy Vallée. A cause du confinement et des restrictions successives, on a eu un peu de mal à trouver des dates. Mais on est très heureux d’accueillir une athlète de son niveau. Sur le plan purement sportif, c’est bien sûr un plus pour les combattants de l’île. Cela fait rayonner La Réunion dans le monde entier avec des ambassadeurs de ce calibre. Et enfin, cela montre qu’à force de volonté, de courage, une femme peut réussir au plus haut niveau, un exemple pour tous les fighters péi. »

Très heureux d’avoir été invité, Benoît Mateu explique que La Réunion représente une étape régénératrice pour son élève : « Nous avons vécu le confinement en Thaïlande très difficilement, comme tout le monde, d’autant que les combats initialement prévus étaient reportés en raison de la pandémie. Cela fait maintenant deux ans que nous sommes établis à Phuket, et qu’Anissa s’entraîne au Tiger Muay Thaï. Elle a signé au One Championship, l’organisation singapourienne la plus puissante et, après sa victoire par KO au 2e round face à l’Espagnole Moralès le 3 septembre dernier, elle n’attend qu’une chose, rencontrer la championne du One, l’Américaine Janet Todd, en K1, puisque cela fait plusieurs années qu’elle n’a pas combattu en muay thaï. »

Et l’intéressée, qu’en pense-t-elle ? « Nous avons été merveilleusement accueillis à La Réunion, le public que j’ai eu durant le stage est très réceptif et très jovial. Les Réunionnais sont formidables, cela me booste énormément après cette période très difficile à vivre. » Désormais toute entière tournée vers le titre de championne du One en K1, la Française entend, à 33 ans, conserver un leadership qui a débuté il y a plus de vingt ans : « On ne m’a jamais manqué de respect. On ne m’a jamais regardé avec condescendance parce que j’étais une femme qui boxait. Le respect, je l’ai acquis dès ma première année de compétition, lorsque je suis devenue championne de France de BF. Et j’ai toujours su le garder. »

Jean Baptiste Cadet
Photos : Pierre Marchal

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentSaint-Pierre toujours Leader
Article suivantThomas Ethève sur la bonne voie
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici