La troisième manche bowl du championnat de la Réunion de skateboard va se tenir pour la première fois à la “pool pei” du skatepark Ganofsky de Saint-Joseph le dimanche 13 mars 2022.

“Cette troisième manche s’annonce particulièrement difficile compte tenu de la nature même du lieu”, nous confie Charles-Elie Rousseau, président de l’association Maillegraine qui organise l’événement en partenariat avec la commission de Skateboard Réunion qui gère le championnat régional. “En effet, la “pool pei” reprend l’aspect et la dimension des premières piscines qui furent skater dans les années 70, et cela rend le tout beaucoup plus difficile car à la place des “coping” en métal qui nous permettent de glisser, on retrouve de la margelle de piscine en béton qui peut nous stopper net”. Les règles du championnat sont simples, chaque participant dispose de trois passages de 45 secondes dans la “pool péi” pour les qualifications du matin et la finale de l’après-midi.

“Puisque la “pool pei” est compacte, cela ne laisse guère le temps de se reposer et l’ensemble des participants vont être obligés d’enchaîner plus vite un grand nombre de figures, ce qui promet un spectacle de haute volée !”

Une diversité bienvenue.

Les filles sont aussi à l’honneur dans le championnat comme en témoigne Marie Lamendour, secrétaire de l’association Maillegraine et participante à la compétition :

“De plus en plus de filles et de femmes se mettent au skateboard! Le fait que le sport soit devenu olympique tend à le démocratiser et à travers lui, on retrouve des sensations de glisse à nul autre pareil!”.En effet, la “pool pei” de Saint-Joseph à déjà vu passer l’équipe de france féminine de skateboard lors de leur entraînement pour les JO de Tokyo, ce qui n’a pas manqué d’inspirer plein de jeunes Réunionnais et Réunionnaises.

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentBilan « sportif » 2021
Article suivantJustin Bécret : « Wild card d’un ct, c’est énorme ! »
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici