La dernière manche de la Cup208 a pour cadre l’ultime confrontation du Championnat de France des Rallyes asphalte. C’est autour de Sainte Maxime à l’occasion du Rallye du Var que les compétiteurs se sont donnés rendez-vous. Au terme d’une première étape de quatre secteurs chronométrés, l’équipage Réhane Gany/ Franck Le Floch (Peugeot 208 #39) aura connu une entrée en matière complexe à l’image de cette épreuve spécifique.

« Nous avions bien entamé l’épreuve dans les deux premières épreuves disputées (annulation de l’ES1 suite à la violente sortie de route de Ludovic Gal NDLR) » relatait Réhane. «Avec deux chronos podium dans notre série, nous restions au contact du leader de la série Hugo (Margaillan NDLR) qui évolue à domicile.Malheureusement, 9km après le départ de l’ES4, le cardan gauche de notre voiture a cassé en pleine ligne droite. Malgré le temps perdu (plus de 40s sur le leader NDLR) nous avons terminé les 7 derniers kilomètres et nous pouvons donc poursuivre ce rallye que nous disputons pour la première fois.»

Du fait de ce bris mécanique, le duo a concédé 4 places au classement de la Cup 208. «Les conditions sont difficiles avec un sol particulièrement humide mais on reprend nos marques et ça commence à revenir.» détaillait le réunionnais. « Les cordes sont très sales et les conditions de roulage bien plus humides que lors des reconnaissances.»

Avec huit secteurs chronométrés à disputer ce Samedi lors de la deuxième étape, l’équipage a donc pour objectif de reprendre tout ou partie de son retard et poursuivre son apprentissage des routes varoises en vue de la saison prochaine. Déjà vainqueur du trophée Junior, Réhane continue sa découverte des épreuves hexagonales en vue d’une saison 2022 qui le verra évoluer au volant d’une voiture «officielle» en récompense de sa couronne 2021.

 

Photo Damien Saulnier

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentBenjamin Postaire visait le top 10
Article suivantRéhane Gany troisième
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici