Les hommes de Christian Dafreville ont été secoués ce dimanche au Tampon. Ils seraient même passés tout près de la déroute si Fabrice n’avait pas égalisé dans les dernières minutes à Kléber Picard. Un résultat (2-2) mitigé dans le contenu, mais surtout une mauvaise opération au classement : car Sainte-Marie revient à 3 points des cigognes après sa victoire contre Saint-Louis. Embêtant pour l’actuel champion de la Réunion. 

Il y a des jours comme ça ou quand ça ne veut pas ça, ça ne veut pas… La JSSP l’a constaté à ses dépens ce dimanche. On savait les Tamponnais difficiles à manœuvrer, mais pas capables de mener par deux buts d’écarts face à l’armada Saint-Pierroise. Pourtant c’est bel et bien ce qu’il s’est passé. Si les champions sudistes repartent avec les 2 points du nul, c’est un petit miracle reconnaissons-le.

D’un niveau indigent en première période, Saint-Pierre s’est réveillé en seconde, mais a mis au grand jour sa fébrilité défensive, notamment lors des contres Tamponnais.

Est-ce un excès de confiance ? Les joueurs ont-ils déjà la tête à leur 7ième tour de Coupe de France ? N’est-ce pas, au contraire, un problème de pression ?

A cette troisième interrogation, Jean-Pierre Bade, l’entraineur du Tampon a la réponse :

« Nous, nous étions plus libérés car sans obligation de résultats. La Saint-Pierroise avait la pression, on a senti une formation adverse qui jouait avec la peur car ce match était capital pour eux. »

Le technicien tamponnais a sans doute vu juste. Cette pression justement, Saint-Pierre va devoir faire avec : Sainte-Marie (deuxieme) n’est plus qu’à trois points.

Les prochaines rencontres sont pourtant à la portée des coéquipiers de Jean-Michel Fontaine : Un match face à Trois-Bassins, un autre face à la Capricorne…Deux équipes déjà maintenues et qui n’ont plus rien à jouer.

Problème, le calendrier des Sainte-Mariens est lui aussi plutôt favorable (SDEFA, Saint-Pauloise, Sainte-Suzanne).

La route sera longue pour le quadruple champion de la Réunion… Et le déplacement en métropole entre temps ne sera pas l’idéal pour reposer les organismes.

Texte: Kevin PAYET
Photo: Pierre MARCHAL

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentSaint-Louis veut y croire
Article suivantSainte-Marie en embuscade
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici