Ce week-end s’est déroulé le 4ème Open de Judo de la ville de Saint Denis. A cette occasion, trois délégations métropolitaines, ainsi que des îles voisines Madagascar, Maurice, Mayotte, Seychelles, et Rodrigues avaient fait le déplacement afin de se mesurer aux judokas réunionnais.

Au Dojo international de Champ-Fleuri, se tenait ce week-end le quatrième open de Judo de Saint-Denis dans une ambiance surchauffée. L’occasion pour les nombreux athlètes réunionnais de se mesurer aux judokas des autres îles de l’océan Indien. Un tournoi qui a rassemblé de nombreuses délégations, non sans rappeler l’esprit des Jeux des Iles.

Les sportifs de métropole, de Mayotte, Madagascar, Maurice et des Seychelles étaient venus en nombre ce week-end pour disputer au Dojo international de Champ-Fleuri, le quatrième open de Judo de Saint-Denis. Dans une ambiance survoltée, où le public avait répondu présent, les combats se sont succédés pendant deux jours avec pas moins de 280 combattants dans toutes les catégories d’âges.

Chez les féminines, on retiendra les performances entre autres d’Aurélie Rajaonarison du Dojo de Saint-Leu (-70kg) et de Naomi Raharison qui ont toutes les deux gravi la première marche du podium. De son côté Quentin Baleya de Saint-Paul s’est emparé de l’or dans la catégorie des -60kg alors que Rudy Pinchard -66kg du Dojo Dionysien prenait sa revanche sur sa médaille de bronze des Jeux des Iles 2019 à l’Ile Maurice pour s’emparer de l’or. Faisant la fierté de son club et de toute l’équipe venue le soutenir.

Un Open à l’organisation exemplaire qui donne déjà des idées aux membres de la ligue de judo pour d’autres manifestations et rencontres à venir.

Texte et photos : Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentFontaine enfin maître du Trail des Anglais
Article suivantFanny Gibert en or aux championnats de France d’escalade
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici