Il faisait – 5 degrés jeudi soir au volcan, ce qui en a surpris plus d’un. Si les équipes canadiennes ont bien résisté, certains métropolitains ont été quelque peu surpris de cette température sous les tropiques. C’est aussi cela l’île intense.

Pour nombre de concurrents, ce n’était que le début des souffrances, du questionnement et des désillusions. Car le plus dur restait à venir. La montée sur Cilaos, la descente sur Mafate puis la remontée sur le Maïdo avant d’attaquer la partie ouest. Ce n’est certainement une balade de tout repos et les nombreux abandons sont là pour en témoigner. Les corps souffrent plus que de raison et les entraînement tout au long de l’année suffiront-ils à faire tenir la machine. Retour en images sur une nuit dantesque et froide comme l’enfer….

Photos: Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentL’Américaine Sabrina Stanley première femme sur la diagonale des fous
Article suivantMaïdo magique
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici