Quand l’Espagnol Kilian Jornet, 4 fois vainqueur du Tour du Mont-Blanc et détenteur du record absolu sur la distance depuis 2022, et l’Américain Zach Miller, 2ème de l’UTMB 2023 derrière Jim Walmsley, décident d’appeler au boycott du plus grand événement trail de la planète, ça fait du bruit. C’est par un e-mail envoyé à une centaine de coureurs élites pour la plupart spécialistes de l’ultra-distance (les meilleurs du classement), que les deux monstres sacrés les invitent à reconsidérer leur participation à l’UTMB et à choisir de participer à une « compétition alternative ». Un e-mail que l’entraîneur britannique Martin Cox, choqué par la démarche, a choisi de rendre public sur son compte Instagram.

L’email de Kilian Jornet et Zach Miller

Bonjour,

Ici Kilian Jornet et Zach Miller. Si vous recevez ce message, c’est parce que vous êtes l’un des meilleurs athlètes de notre sport.

Nous avons voulu commencer avec ce petit nombre de personnes afin de mieux cibler nos efforts et de ne pas nous laisser déborder. Cela dit, de quoi s’agit-il ?

Nous vous écrivons pour savoir si vous seriez intéressés à vous engager à participer à une course autre que l’UTMB cette année (2024). Mais nous sommes conscients que beaucoup d’entre vous ont des liens étroits avec l’UTMB (objectifs personnels, incitations des sponsors, objectifs de carrière, etc.)

Tout d’abord, nous voulons reconnaître que l’UTMB est une grande course, même s’il y a eu beaucoup de tensions récemment, nous pensons toujours que la course et l’organisation ont fait beaucoup de bien à l’ultra-running.

Grâce à l’UTMB, nous disposons désormais d’un événement de type championnat du monde qui attire les meilleurs coureurs de la discipline ainsi que des sponsors, des médias et des fans du monde entier.

L’UTMB est véritablement devenu le grand événement de l’année et a vraiment contribué à faire connaître notre sport. L’organisation d’un tel événement a créé de nombreuses opportunités pour des personnes comme nous, car il attire beaucoup d’argent et d’attention sur notre sport. Nous pensons que c’est une bonne chose.

Cependant, s’il est bon pour le sport de croître et de se développer de cette manière, il est également important que cette croissance se fasse d’une manière positive et saine.

Malheureusement, la direction actuelle prise par l’UTMB, le groupe UTMB et Ironman nous inquiète.

Il y a une multitude de choses que nous pourrions citer qui nous préoccupent, mais l’essentiel est que nous pensons qu’ils ne se gèrent pas et ne gèrent pas leur(s) événement(s) d’une manière qui soit dans le meilleur intérêt du sport et de ses pratiquants.

Nous comprenons que les organisateurs de courses gagnent de l’argent. Cependant, nous pensons qu’il y a un moyen de le faire sans mal traiter les gens et sans écraser tous ceux qui se mettent en travers de votre chemin. En d’autres termes, nous voulons qu’ils gèrent bien leur entreprise.

Nous voulons qu’ils soient prévenants. Nous voulons qu’ils ne se demandent pas seulement « que pouvons-nous faire pour notre bien », mais aussi « que pouvons-nous faire pour améliorer le sport de la course à pied dans son ensemble » ?

Malheureusement, nous pensons qu’ils n’ont pas fait un très bon travail dans ce domaine.

Et bien qu’il serait agréable de pouvoir s’asseoir et discuter avec eux afin de corriger le tir et de remettre les choses sur la bonne voie, nous craignons qu’ils ne fassent pas vraiment de changements, à moins qu’ils ne se sentent obligés de le faire.

Heureusement, en tant que sportifs de haut niveau, nous avons une voix.

La meilleure façon de communiquer notre mécontentement et d’exercer une certaine pression est peut-être de nous regrouper et de participer à une course différente.

L’absence des quinze premiers coureurs masculins et féminins sur la ligne de départ de l’UTMB serait très éloquente. Cela leur ferait comprendre que nous ne sommes pas satisfaits et les pousserait à faire des changements.

Nous aimerions donc savoir ce que vous en pensez. Nous avons déjà identifié une course potentielle à laquelle nous pourrions participer à la place de l’UTMB, mais avant d’entrer dans le vif du sujet, nous vous invitons à nous faire part de votre avis. Avez-vous les mêmes préoccupations ou des préoccupations similaires ? Êtes-vous intéressé par une course alternative ?

N’hésitez pas à nous le faire savoir afin que nous puissions poursuivre le dialogue et discuter des prochaines étapes. Et comprenez bien qu’il ne s’agit pas d’une démarche malveillante ou haineuse à l’égard de l’UTMB.

L’idée est de trouver un moyen de faire pression sur l’organisation de l’UTMBIronman afin d’apporter des changements positifs. Ce serait formidable si un jour nous pouvions aller à l’UTMB et nous sentir bien, en sachant que ce qu’ils font améliore le sport, et non le détériore.

La réaction du coach britannique Martin Cox

Choqué par l’e-mail envoyé par Kilian Jornet et Zach Miller, le coach Martin Cox répond dans un courrier rendu public :

« Je suis coureur de montagne depuis 30 ans et entraîneur de coureurs de montagne depuis 15 ans. Aujourd’hui, c’est la journée la plus abasourdissante que j’ai jamais ressentie face aux actions de certaines personnes au sein de mon sport. Je parle spécifiquement de Zach Miller et Kilian Jornet, ainsi que du conseil d’administration d’un groupe basé en Suisse qui se fait appeler Pro Trail Runners (le syndicat créé par Kilian Jornet, NDLR), et dont l’agenda, bien que peu clair, semble égoïste. 

L’e-mail que j’ai posté ici a été envoyé à plusieurs de mes amis et collègues coureurs de montagne la semaine dernière pour leur demander de boycotter la finale des World Series 2024 de l’UTMB Mont-Blanc. J’ai donc pensé partager cet e-mail, car cela pue l’hypocrisie et je ne pense pas que ce débat devrait se dérouler en secret. Ce qui me laisse vraiment perplexe dans la campagne de haine qui est actuellement menée contre l’UTMB, c’est que, plus que toute autre course, l’UTMB a permis à Jornet et à beaucoup de ses collègues pros de monter à bord du train de l’argent de l’ultra-trail de montagne, d’acquérir une sécurité financière et de devenir modérément influents. 

Il semble donc un peu ingrat de faire volte-face et de tenter de rançonner la course. Cette année, la moitié des athlètes que j’entraîne participeront à l’une des courses de l’UTMB. Cela me rend très fier d’eux tous. Je suis fier car ils ont tous travaillé d’arrache-pied et fait des choix de vie difficiles au cours des dernières années pour participer à cette course. Je suis fier parce que les courses de l’UTMB sont parmi les plus difficiles et les plus compétitives au monde et il faut beaucoup de courage pour se tenir sur l’une de ces lignes de départ. »

Photo Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentAntoine Razafinarivo en Corée
Article suivantL’UTMB répond à Kilian Jornet
Pierre Marchal
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici