Le jeune pilote réunionnais Enzo «fasty Foxy» Hoarau reprend la course contre la montre sur le circuit où il s’était octroyé un podium l’an passé. Rien ne change, tout change serait-on tenté d’écrire ! C’est en effet à Jerez que le surdoué déjà repéré par nombre d’observateurs du circuit a repris le guidon en confrontation officielle.

Néanmoins l’intersaison n’aura pas été marquée du sceau du repos. Venu se ressourcer sur son île natale quelques jours au moment des fêtes de fin d’année, Enzo a rapidement repris le chemin des pistes pour un travail de fond avec son encadrement. Prises d’angles, reprise des gaz, freinages, tous les indispensables ont été remis sans cesse sur l’ouvrage au cours des 3 mois écoulés.
Le week-end passé a été marqué d’un step supplémentaire. Désormais âgé de 13 ans, Enzo monte de catégorie. Après une saison de rookie en Moto4 qui lui aura permis de se confronter avec succès au gratin de la série référence (celle de Quartararo à ses débuts) l’ESBK espagnol, le réunionnais passe en pré-Moto3 en étant le plus jeune et le moins expérimenté de la série. C’est sur la piste de Jererz que la première séance de tests officiels s’est déroulée le week-end passé. « Il s’agissait de prendre possession de la machine et mesurer son adaptation » expliquait son papa Samuel Bellon. « Il ne s’agissait pas de se battre à tout prix pour un chrono. Enzo roulait la première séance en medium contrairement aux autres équipés de soft. Mais Enzo a bluffé tout le monde, moi y compris. Lors de la première séance il signait le top5 des meilleurs chronos » détaillait Samuel. « Dimanche lors des deux séances, il roulait un pneu soft comme les autres et a collectionné les meilleurs tours en configuration course. C’est extrêmement prometteur ».
Au vu de ses chronos pour le moins flatteurs au terme de ce week-end d’essais officiels, la pression ne semble pourtant pas affecter Enzo. « Cela s’est bien passé.» déclarait-il sobrement. « J’ai pu monter en puissance au fil des tours et je comprends de mieux en mieux cette moto. »
Comme son nom l’indique, le pré-Moto3 rapproche le réunionnais d’une véritable carrière au plus haut niveau. Les différences par rapport à sa Beon de l’an passé sont importantes.
« La vitesse pure est beaucoup plus importante » expliquait le Papa. « Là les pilotes peuvent prendre jusqu’à 250km/h. Pour un petit gabarit et un garçon de 13 ans. ça doit impressionner!»
Le prochain rendez-vous est en course pour la manche inaugurale ESBK le premier week-end d’Avril à Jerez.

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentLes finalistes de la Danone Nations Cup 2021 à Paris
Article suivantAndrany Perrault sans peur
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici