La Coupe de France d’escalade de bloc organisée à La Réunion à La Chaloupe Saint-Leu s’est déroulée le week-end dernier. Les Réunionnais ont brillé sur leur terrain. Fanny Gibert décroche l’or en séniors et Oriane Bertone l’argent. Une compétition organisée de main de maître en huis clos, protocole sanitaire oblige.

Les meilleurs grimpeurs français ne s’y sont pas trompés. Venir disputer une compétition à La Réunion alors que la France est confinée, « La question elle est vite répondu ». Trêve de plaisanterie, le plateau plutôt relevé de compétiteurs a permis aux organisateurs de proposer une belle prestation avec de beaux duels à la mesure de l’enjeu en ces temps de restrictions sportives. Alistair Duval, 3e des championnats du monde junior et vainqueur du championnat de France jeunes de difficulté en 2019 et Mickaël Mawem, premier sélectionné pour les JO 2020 ont livré de beaux enchaînements, démontrant tout leur talent et leur maîtrise. Motivés comme jamais, en manque de compétitions au niveau national et mondial, ils ont retrouvé le chemin du succès.

Dans l’épreuve féminine, les Réunionnaises Oriane Bertone, double championne du monde juniors, et Fanny Gibert, n°3 mondiale en bloc, se sont affrontés en séniors et ont trusté les premières places. A 27 ans, Fanny avait une revanche à prendre, Oriane l’ayant devancé à Valence. Elle ne lui laissera aucun répit pour s’emparer de la première marche du podium, reléguant Oriane sur la seconde. Retrouvez tous les résultats dans les tableaux ci-dessous.

CDF2021 finale MG – Voir en pdf
CDF2021 FINALE SF – Voir en pdf
CDF2021 FINALE SG – Voir en pdf
CDF2021 FINALE MF – Voir en pdf

Texte Pierre Marchal
Photos Ligue d’escalade

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentÀ la recherche de l’excellence
Article suivantUn bodyboarder tué en Australie par un requin
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici