Après 4 ans d’absence, le BASALTRIP, fête de l’escalade, a fait son grand retour ce week-end du 14 & 15 mai 2022, dans un format inédit. Cette manifestation, organisée conjointement par la Ligue Réunion de la Montagne et de l’Escalade et Est’Kalad Club a en effet eu lieu sur les toutes nouvelles voies d’escalade de la falaise de l’Ilet Bethléem, à Saint-Benoît. Ce site a été équipé grâce au soutien de la commune de Saint-Benoît et de la CIREST, en collaboration avec la Ligue Réunion de la Montagne et de l’Escalade.

L’évènement a rassemblé plus de 70 grimpeurs déguisés, petits et grands, dans un esprit bon enfant. Se sont ainsi côtoyés des pirates de Cilaos, un tube de dentifrice ayant perdu sa brosse à dent, une main géante dans un sac à magnésie ou encore des abeilles effectuant leur danse frétillante…

Les participants ont pu découvrir (ou re-découvrir) l’îlet Bethléem, ce lieu chargé d’histoire, préservé et apaisant, situé au bord de la rivière des Marsouins. Les privilégiés, qui ont pu s’offrir la vue depuis le haut de la falaise, sont repartis séduits. Tout comme le public curieux, mais également des jeunes de l’association Père Favron, qui ont découvert l’Ilet au détour des multiples activités qui étaient proposées : descente en tyrolienne, initiation à l’escalade, remontée sur corde, course d’orientation ou encore slackline…

Les musiciens de Musik’ensamb ont animé la soirée du samedi tandis que La table Nomade d’Esther a régalé grimpeurs et non grimpeurs de ses bons petits plats.

Un évènement festif réussi grâce à l’implication de nombreux bénévoles et au prêt de matériel des différents clubs de l’île. Un nouveau site d’escalade qui permettra sans nul doute de promouvoir cette activité de pleine nature et en plein développement dans l’est de l’île.

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentToulet et Culin motivés plus que jamais
Article suivantSynchro N’or fait la fête
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici