Sur le papier, tout sépare les deux formations : Le 3ieme qui se déplace chez le dernier, l’une des meilleures attaques du championnat qui affronte l’une des défenses les plus poreuse…Bref, la victoire semble acquise au Saint-Denis FC avant même de jouer. C’est justement ce qui va se passer, mais pas aussi facilement qu’on aurait pu l’imaginer.

Jérémy Anilha, auteur d’un doublé pour le Saint-Denis FC est en forme.

Amputé de son maitre à jouer (Redouane Dahri), la Saint-Louisienne entame son match sans complexe, réussissant parfois à s’aventurer dans le camp nordiste. Walid Chenine, d’une superbe demi-volée aux 25 mètres, touche même la barre. (30’). Avertissement.

Quelques minutes plus tard, sur un dégagement loupé du gardien dionysien (Yoann Medor), ce même Chemine tire profit de cette bévue en ouvrant le score. 1-0 pour Saint-Louis.

Piqué au vif, les Dionysiens poussent, et parviennent à recoller au score grâce a Akbar Assoumani, d’une frappe aux 20 mètres qui prouve que la vitesse n’est pas sa seule arme.

Au retour des vestiaires, le gardien nordiste offre, bien involontairement, un deuxième but aux saint-louisiens : Un tir anodin de Mohamed El Madaghri lui passe sous le ventre, et fini dans ses filets. Cruel.

Arrive alors le tournant du match : Le gardien saint-louisien se blesse sur l’une de ses sorties. (60’). Habituellement dans ce type de situation, le gardien remplaçant entre en jeu pour pallier cet aléa. Problème : Les verts n’ont pas de portier sur le banc. Thierry Gorée est donc obligé de rester sur le terrain, alors qu’il boite et peine à tenir debout.

En face, les Dionysiens ont bien compris que le talentueux gardien sudiste est diminué. Menés 2 buts à 1, ils poussent et espèrent tirer profit de cette faiblesse.

Les Saint-Louisiens s’arc-boutent  jusqu’à la 85ieme minute, mais craquent sur une frappe du défenseur Jérémy Anilha à l’entrée de la surface, qu’un Thierry Gorée en pleine possession de ses moyens aurait sans doute arrêtée.

On pense alors que le match va se terminer sur ce score nul et logique, mais le foot est cruel. Le même Anilha récidive 2 minutes plus tard, et scelle le sort des sudistes.

Après ce succès difficilement acquis (3-2), Jeremy Anilha salue le travail de son coach, Fred Bachelier : « On était menés, il m’a dit que je pouvais monter pour prêter main forte aux attaquants, et ça a payé, aujourd’hui je suis fière, mais c’est le travail de toute l’équipe et du staff ».

Les Dionysiens devront afficher un tout autre visage face à Saint-Pierre dimanche prochain, adversaire bien plus redoutable.

Texte et photo Kevin PAYET

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentJérémy Hubert : au nom du père
Article suivantInvincibles métros
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici