Ce week-end Reshad de Gérus, le petit prodige Réunionnais en Formule 3 s’élancera du paddock du circuit de Barcelone. Une nouvelle aventure débute pour lui cette année après une saison de vaches maigres avec toujours en ligne de mire l’objectif ultime de devenir professionnel d’abord en Formule 2 puis en Formule 1.

Ce samedi résonne déjà dans la tête de Reshad de Gerus les vrombrissements des moteurs de la ligne de départ. Il va tout tenter samedi aux essais pour bien se positionnement pour la course de dimanche. Dans les tribunes, son père Thierry ne ratera rien de ses exploits et de ses débuts en Formule 3. C’est la première fois qu’un Réunionnais atteint ce niveau de compétition en sport automobile.

Sur la ligne de départ ce week-end, seront présents les meilleurs jeunes pilotes européens et du monde. Reshad de Gerus va se mesurer au gratin de la discipline, passage obligé pour espérer un jour gravir les échelons jusqu’en Formule 1. Une année difficile rythmée par 7 meetings tout au long de la saison, avec le secret espoir de toujours performer pour se faire remarquer. Afin d’atteindre dans un an ou deux la Formule 2, l’anti-chambre de la F1. Une saison qui l’emmènera sur les circuits européens en Espagne, en France, en Autriche, en Hongrie, en Belgique, aux Pays-Bas mais aussi aux Etats-Unis.

Avec l’aide de Thierry son père toujours à ses côtés dès qu’il le peut, Reshad se bâtit une réputation et un solide carnet d’adresses dans l’univers des courses automobiles où la cooptation est incontournable. Il côtoie ainsi de jeunes pilotes – Arthur Leclerc, petit frère de Charles, le nouvel entrant chez Ferrari –, de moins jeunes – Petter Solberg ou Yvan Muller – et a pour parrain un certain Manu Payet bientôt en tournage à La Réunion. « Manu a fait l’honneur d’annoncer ce parrainage lors de son passage dans l’île, se réjouit Thierry de Gerus. Tout le monde le soutient dans sa quête. Léa, sa grande sœur, est sa première supportrice. Je l’ai au téléphone tous les jours. On est vraiment très fier de lui. »

Après la Formule 4, la Formule 3 n’est que le palier obligé pour atteindre les sommets. Formule 2 dans deux ans à 18 ou 19 ans – catégorie où on peut passer pro – avant la F1 ? Sans brûler les étapes, certes. Mais Reshad roule dans ce but…

Reshad de Gerus va courir cette année sur les circuits que fréquentent les plus grands pilotes automobiles du monde. Les épreuves Formule 3 se disputent en effet sur les mêmes tracés que la Formule 1 et durant le même week-end ! Le Réunionnais pourrait donc croiser le chemin de Lewis Hamilton, septuple champion du monde en titre, même si cela sera difficile à cause des protocoles sanitaires.

Aux couleurs de La Réunion

Le pilote né à Saint-Denis va disputer la première épreuve de Formule 3 ce week-end sur le circuit de Catalunya à MontMelo en Espagne. Ce tracé est une bonne mise en jambes pour les jeunes passionnés de course automobile car il est composé d’une grande variété de virages aux angles différents et permet de tester son pilotage tout comme sa monoplace. Il est d’ailleurs utilisé en Formule 1 pour les essais de pré-saison.

Reshad de Gerus court pour Charouz, une équipe qui compte en son sein l’Américain Logan Sargeant qui a déjà participé à deux saisons de Formule 3 et qui a terminé 3e de l’exercice 2020. Le troisième pilote de l’écurie n’est autre qu’Enzo Fittipaldi, champion de Formule 4 italienne en 2018, vice-champion de Formule 3 Europe régionale en 2019 et qui participe à sa deuxième saison de Formule 3. C’est aussi le frère de Pietro Fittipaldi, qui a participé à ses premières courses de Formule 1 en 2020 pour remplacer Romain Grosjean.

La monoplace de Reshad de Gerus sera légèrement différente de celle de nombreux autres pilotes du fait de la présence de sponsors qui se démarquent : La Région Réunion, Le Département de La Réunion, l’IRT mais aussi Air Austral. Pour le suivre, notez bien son numéro, le 31.

Photos FB

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentJuventus Academy du Port : remise des tenues officielles.
Article suivantClaude Villendeuil (Président du Cros) : « Tout pour la reprise »
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici