Après la débâcle saint-pierroise de ce dimanche en Coupe de France (Elimination face aux Mahorais de M’tsapéré) Lucay Arayapin, le Président, revient sur ce match qui restera tristement dans les annales. 

Gadiamb :  Vous étiez ultra favoris dans cette rencontre, que s’est-il passé ? 

Lucay Arayapin : “On savait qu’il y avait une très bonne équipe en face, et que le football mahorais a beaucoup progressé ces dernières années. Ils nous l’ont démontré sur le terrain. Il ne fallait surtout pas les regarder jouer, c’était la meilleure manière de les mettre en confiance, c’est malheureusement ce qu’on a fait. On est éliminé, c’est entièrement notre faute.

Gadiamb Vos joueurs sont-ils partis trop confiants ? 

LA : Non, au contraire. On se méfiait beaucoup de cette équipe. C’est une formation très sérieuse, venue il y a déjà une semaine pour se préparer. C’est justement ça la Coupe de France : C’est du 50/50. Souvent, les petits battent les gros et c’est ce qui est arrivé ce dimanche. C’est vrai, nous sommes une “grosse équipe” comme aiment le dire les médias. Sauf qu’on a vu que nous aussi nous pouvons perdre. Tant pis, on reviendra la prochaine fois.

Gadiamb : Le retour à la réalité et au championnat sera-t’il compliqué après cette élimination ? 

LA : Il nous reste deux matchs à jouer et nous allons les jouer. (NDLR Saint-Pierre n’a délibérément pas envoyé d’équipe contre l’Excelsior)

On n’a pas joué cette semaine, pour mieux se préparer pour la rencontre de Coupe de France, et parce qu’on savait qu’il fallait être costaud. Nous avons vu que cette décision était la bonne car en face, l’équipe n’était pas venue pour rien.

Gadiamb : Serez-vous candidat à la présidence de la Ligue Réunionnaise de Football en janvier prochain ? 

LA : Pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour.

Interview Kevin Payet
Photos Pierre Marchal

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentKevin Mayer vise Tokyo
Article suivantSoufou Ridjali : « Notre Coupe du Monde à nous… »
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici