Trois marathons bosselés en 8 jours, et pour conclure, un bien corsé D-Tour de 180 km avec 3500 m D+. Daniel Guyot n’a de cesse de remettre en question les idées reçues sur les différentes formes d’entraînements, de l’effet « bourrinage » en passant par la théorie dite du « mouton ». Notre philosophe trailer nous conte ici ses dernières pérégrinations à travers les sentiers de l’île, où l’ « Éloge du long ».

Avec l’ardeur australe actuelle, le marathon, qui ne peut plus se faire à la fraîche suite au couvre-feu (mais à 36° de température ressentie, avec 75% d’humidité, selon mes données GPS…), sollicite le système cardio-respiratoire, exige une hydratation très régulière et abondante, et nécessite une prudence sur les voies prises à partir de 17 heures, vu l’affolement circulatoire… Mais il permet d’atteindre cet état de « flow » bien connu – régulations hormonales, neuronales, détente musculaire, éveil de tous les sens… -, qui redonne un influx animal, vivifie et poétise l’esprit, débranche des problématiques sociales qui plombent, éclaire la pensée, libère l’instinct, renforce le physique… Le marathon est tout particulièrement intéressant pour trouver la juste mesure entre intensité et endurance. Ne présentant pas de technicité, il n’est pas traumatisant pour le corps, à condition d’opter pour des chaussures avec bon amorti, en oubliant les modes minimalistes. (Ce qui est impératif, même dans le haut niveau, sur le 100 km ; les Tarahumaras ne couraient pas sur du bitume…)
– Le trail long est tributaire d’un état des sentiers très dégradé en ce moment. Passons sur l’aspect « tranchées de 14-18 » pour monter au gîte des Chicots sous la pluie, mais la descente sur la RF Affouches depuis le Piton Fougères qui porte bien son nom actuellement, est justement barrée de fougères bien difficiles à pénétrer. Les longues sorties en nature doivent se faire non loin du domicile pour éviter du temps perdu en véhicule (d’autant sur des axes potentiellement bouchonnés), afin de rentrer avant 18 heures… L’intérêt d’un parcours comme le D-Tour – célèbre course organisée par « Rando-Camélias » depuis 2006 – est de faire de la longue montée (travail cardio-respiratoire) puis de la longue descente (renforcement musculaire), avec entre les deux, au fil de la crête bosselée surplombant Mafate, des changements de rythmes (équivalent fartlek), tout en surfant sur de grandioses paysages, ce qui permet de se rebrancher sur la nature, de brûler les graisses sur la journée en mode de pure endurance soft, de travailler différents muscles et articulations (contrairement au marathon qui répète les mêmes mouvements)… Enfin, il est autrement plus agréable de recouvrer l’air frais et pur des hauts, de sentir les parfums himalayens des longozes, plutôt que les gaz d’échappements et autres effluves citadines des bas plombés…
Cet enchaînement peut paraître trop volumineux… S’agissant des marathons, rappelons que Serge Girard, avec qui j’ai déjà couru (sa femme disant que j’allais trop vite…), faisait une moyenne de 70 km par jour en gardant parfaitement la forme à un âge avancé. S’agissant du trail, on a vite oublié que le plus titré du Grand Raid avec François d’Haene, le local Jean-Philippe Marie-Louise, (4 victoires chacun) parcourait environ 300 km par semaine (volume qui ne l’empêchait pas d’aller sous les 2h30 au marathon )… J’évalue personnellement le besoin humain autour des 100 km/semaine, afin de se maintenir en bonne forme.


Il conviendrait de ne pas oublier non plus qu’en France, la grande endurance est née et s’est inspirée de la « méthode » Serge Cottereau : ne courir qu’au trot et non au galop, pour bien s’entraîner, en allant sur du long ; sur cette base, on peut se permettre des soupçons de résistance, mais on exclut la pratique régulière de fractionnés qui ne permettent pas une endurance consolidée dans le temps… Serge Cottereau a fondé le 1er 100 km français à Millau en 1972. Son « Encyclopédie du bien-être et du jogging » fut la bible des coureurs. Les années 70-80 connurent de nombreux coureurs sous les 3h au marathon. Aujourd’hui, il y a de plus en plus de coureurs, privilégiant les méthodes d’intensité sur séances courtes, mais globalement – en marge d’une petite élite d’aliens -, de plus en plus lents en compétition, très souvent blessés, et cessant la pratique avec l’âge… Il faut se donner le temps de courir pour parvenir à courir dans le temps (Serge Cottereau comme l’ami Jeannot Jacquement du même âge, continuent de courir à 82 ans en ayant été d’illustres compétiteurs, avec de beaux volumes d’entraînement dans la tempérance) ; la course ne doit pas céder aux dérives du « tout, tout de suite », avec d’insatiables effets du toujours plus vite, plus fort, plus tendance socialement ; ces penchants sont aussi fondamentalement contre intuitifs au regard de notre vraie nature, que contre-productifs…
Courir un certain « volume » paraît aller à contre-courant ; ce serait négliger du soi-disant qualitatif au profit d’un quantitatif inutile, voire néfaste. Ça passerait d’emblée pour un « bourrinage » qui n’aurait pas tiré les leçons des nouvelles méthodologies d’entraînement… En réalité, « effet mouton » délétère, que ce jugement… Nos temps contraints et scandés de stress, séquencés, s’accordent parfaitement avec la tendance aux entraînements courts et intenses – qui, se rangeant du côté des valeurs actuelles, seraient mieux adaptés à la vie sociale, plus profitables… -, fractionnés, planifiés, et assortis de « développements personnels » et autres psycho-pédagogismes sportifs. La « salle de sport » est un objet abouti de cette perspective prétendue efficiente (à vrai dire, commerciale), une mise en boîte de plus (Pierre Rabhi), aux lumières artificielles, comme tout le reste…
Les temps longs de ressourcements rêveurs, les improvisations aventureuses et les échappées lointaines, la « Patience dans l’Azur », pour emprunter un titre poétique au scientifique Hubert Reeves… sont relégués à une marginalité. Déconnectés des processus universels du vivant, dans un contexte d’incarcération sociale permise par la crise sanitaire, les individus ayant été préalablement conditionnés par l’ère de la consommation, leurs « séances de sport » deviennent des formes de permissions cadrées par les grilles de coercitions, évaluées selon des grilles de R.P.E. (Rating of Perceived Exertion, c’est à dire ressenti mental), des grilles de R.E. (Ressenti d’Effort )… Une vraie prison haute sécurité, adoptée à la George Orwell… Une adaptation de plus aux protocoles comportementalistes (Behaviorisme) multipliés par les autorités, validés par de pseudos experts patentés, contre tout bon sens, et préservations des libertés fondamentales, telle celle de satisfaire ses besoins vraiment vitaux. Un fonctionnalisme (in)humain désincarné dans une « culture » hors sol, et désormais suspendue à des vaccins OGM…
Michel Foucault – outre l’annonce du Bio-Pouvoir qui se confirme actuellement – avait décrit le passage récent des ancestraux encadrements et exploitations physiques de l’homme, à ceux du mental. Le numérique, le virtuel, les fumeuses sciences cognitives et les naissantes neurosciences – qui ont fait des ravages dans l’éducation, et dont la recherche fondamentale n’est pourtant qu’à ses tout débuts, infondées à déjà légitimer quelque pratique sociale -, entendent balayer les réalités humaines, corporelles et mentales, réunies dans l’intelligence que la vie a d’elle-même (Nietzsche), rompre avec la longue histoire du vivant.
Issu d’une condition de chasseur-cueilleur avant le néolithique (- 5000 ans avant notre ère) l’homme est resté massivement paysan jusqu’aux années 50 du 20ème siècle, faisant plus d’efforts chaque jour que ne requiert un trail long ; puis ouvrier avec encore quelques dépenses physiques mais un esprit de plus en plus dompté et déphasé, jusqu’aux années 80, pour finir sédentaire du tertiaire… Sa nature physique a été totalement délaissée depuis 40 ans, – la ministre des sports est aux abonnés absents avec la survenue du Covid… – période pendant laquelle les jeunes ont perdu 25 % de leurs capacités cardio-vasculaires, cependant que le nombre de pas annuel d’un être humain a diminué graduellement…
Démontons les grilles de nos cages ; reprenons donc le temps de courir loin, librement, longtemps jusqu’à plus d’âge, harmonieusement ; marathons littoraux et randos/trails montagnards sont complémentaires à cette fin ; coupons court aux injonctions de faire court, jouissons des longues sorties qui sont adaptées à notre nature ancestrale ; et c’est bien connu, corps et esprit réunis, authentiquement réconciliés, n’en seront que plus comblés, selon le vieil adage : « Plus c’est long, plus c’est bon »…

Texte et photos Daniel Guyot

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentEscalade | Marius Payet Gaboriaud vainqueur du sélectif cadet et 2ème du sélectif sénior.
Article suivantFlores et Defay en Australie
Daniel Guyot est le recordman absolu en termes de Diagonales achevées. En trente ans de grandes traversées depuis la Marche des Cimes, il est le trailer le plus assidu. A 60 ans, Daniel Guyot aura passé la moitié de son existence à courir après celle qui affole son palpitant depuis trois décennies. Une certaine Dame Diagonale. L'histoire de La Réunion étant intimement liée à celle de la Bretagne depuis les origines, il n'est finalement pas si étonnant que ça qu'un Breton le soit également à celles du Grand Raid.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici