Aurélie Bévao est en train de réaliser son rêve américain, un rêve éveillé. La Réunionnaise originaire du Tampon, véritable surdouée du basket vient d’être recrutée en championnat universitaire NCAA aux Etats-Unis. Du haut de ses 19 ans, elle va intégrer la prestigieuse université d’Idaho State. Une sacrée nouvelle que la Réunionnaise a voulu partager sur son compte Twitter. Son objectif : poursuivre ses études et tenter de gravir les échelons afin peut-être de se confronter plus tard aux meilleures joueuses mondiales au sein de la WNBA.

Elle est la première Réunionnaise à intégrer le prestigieux championnat de basket féminin NCAA universitaire aux Etats-Unis. Aurélie Bévao effectue ses études sur le continent américain depuis plus d’un an. Repérée par Claude Bergeaud, ancien entraîneur de l’équipe de France de Basket masculin, qui avait détecté en elle « une talentueuse joueuse avec un grand potentiel pour aller loin », ainsi que par François Gomez, entraîneur de l’équipe professionnelle de Tarbes, elle avait dû mettre un terme à sa carrière métropolitaine suite à une blessure au genou. Elle s’est alors concentrée sur La Réunion pour mieux préparer son avenir. C’est grâce au franco-camerounnais Romuald Tami-Tabeth qu’elle a pu intégrer une des prestigieuses universités américaines.

Installée depuis un an aux Etats-Unis grâce à l’association « Etoiles du Monde », Aurélie Bévao vit un véritable conte de fée. C’est à travers son compte Twitter que la Tamponnaise Aurélie Bévaoa a tenu à informer ses proches et ses fans en ces mots : « je tiens à remercier tous ceux qui ont cru en moi et qui m’ont soutenu, je suis fière de devenir une future Bengala ».

Son ancien entraîneur n’est pas étonné de cette réussite. Pour Romuald Tami-Tabeth « c’est amplement mérité quand on regarde son parcours sportif, avec tout ce qu’elle a pu endurer. Nous avons toujours cru en elle, et c’est ce qui nous a amené aujourd’hui, malgré toutes les difficultés rencontrées, grâce à son talent et son abnégation qu’elle en est là aujourd’hui. Je pense que ce n’est que le début d’une longue histoire et d’une grande carrière sportive ». Johan Guillou, président de la ligue de basket-ball de la Réunion n’est pas peu fier. Celui qui a suivi ses performances depuis le début il y a 10 ans au sein de l’équipe du Tampon, ne tarit pas d’éloges : « Le mérite lui revient entièrement, ses parents sont courageux de laisser leur enfant aller dans un pays étranger comme les Etats-Unis. Mais ce n’est pas seulement une grande sportive, c’est une travailleuse avec de bons résultats scolaires, toujours entre 13 et 20 de moyenne. Ce n’est donc pas seulement une grande sportive, c’est aussi une travailleuse qui a su concilier les deux, avec un mental d’acier et de grandes capacités physiques. Elle fait la fierté de la Réunion ».

Photos Twitter

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentPossible reprise du championnat en juin
Article suivantL’aïkido et les femmes
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici