Le football français amateur peut enfin rechausser ce lundi 22 juin, jour de la troisième étape du confinement. Une décision attendue à La Réunion où la Ligue Réunionnaise de Football espère reprendre le championnat le 11 juillet, même si cette idée ne fait pas l’unanimité. Toutefois, la FFF recommande aux futurs licenciés de remplir un questionnaire Covid-19 qui ne va pas simplifier le retour sur le rectangle vert.

C’est officiel depuis ce lundi 22 juin, le football amateur peut reprendre. Après des mois d’interruption qui vont laisser des traces, c’est le football dans son ensemble qui va payer ces mois d’arrêt. En effet, la France est le seul pays européen qui n’a pas repris son championnat professionnel, faisant perdre des centaines de millions d’euros à la FFF. Cette perte d’argent a d’ailleurs été source de conflits entre le monde professionnel et le foot amateur qui se sent encore plus laisser pour compte.
La reprise du football amateur s’accompagne toutefois de mesures sanitaires à respecter. Ainsi, la Commission Fédérale Médicale de la FFF a mis au point un questionnaire Covid-19 à remplir pour tous les demandeurs d’une licence. Tous les sportifs ayant eu le Covid-19, ayant été en contact avec un malade, possédant une pathologie et n’ayant pas fait de sport depuis plus de 3 mois ou tout simplement à un seul « oui » au questionnaire devront absolument consulter le médecin avant la signature de la licence.

Sports de combat

Par ailleurs, suite aux annonces du gouvernement la semaine dernière, la pratique des sports collectifs est de nouveau autorisée, pas celle des sports de combat sauf pour le haut niveau. De même, la réouverture des stades sera autorisée à partir du 11 juillet avec une jauge maximale à 5 000 spectateurs.

C’est un pas de plus vers le déconfinement en France. Le gouvernement a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi que la pratique des sports collectifs était de nouveau autorisée à partir de ce lundi, « avec des mesures de prévention adaptées » contre le Covid-19 précise néanmoins le texte.

En revanche, il est spécifié que la pratique des sports de combat reste interdite, hormis pour le haut niveau, précise-t-on à Matignon. « L’amélioration de la situation sanitaire permet en effet de lever certaines interdictions à condition que chacun maintienne une posture vigilante face à l’épidémie, a fortiori pendant la période estivale », explique le gouvernement.

Assouplissement en septembre ?
La seconde bonne nouvelle pour le monde du sport est la réouverture des stades à partir du 11 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire en France. Sont également concernés par cette mesure les hippodromes et les salles de spectacles.

Cependant, la jauge maximale autorisée sera de 5 000 personnes maximum. « Un nouvel examen de la situation épidémiologique nationale sera réalisé mi-juillet pour décider si un assouplissement est possible pour la deuxième partie du mois d’août », a expliqué Matignon.

Enfin, le gouvernement laisse entendre que, « sous réserve d’une nouvelle évaluation de la situation épidémiologique, la rentrée pourra être marquée par de nouveaux assouplissements ».

 

Photo Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentSaint-Leu : pour une reprise sportive responsable
Article suivantLe Golf reprend sous conditions
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici