A 50 jours des Jeux Olympiques, les Bleus envoient un signal fort en dominant le Japon et le Portugal au classement général.  Jérémy Florès (33 ans), champion du monde en 2009, monte sur le podium et décroche le bronze.

Championne du monde à la maison à Biarritz en 2017, la France a cette fois dominé 50 nations à deux mois des premiers Jeux Olympiques de l’histoire du surf. Elle a surtout battu l’armada japonaise qui rêve d’or sur ses plages fin juillet. Dans un combat final entre Français et Nippons, les titre sont revenus aux Bleus. « On envoie un message fort, lance Jérémy Florès, capitaine de l’équipe de France et médaille de bronze de ces Mondiaux 2021. On nous a demandé de venir ici alors qu’on a un programme très chargé après 3 mois non-stop en Australie pour le tour mondial. On a vu les Brésiliens partir très vite mais nous, on a décidé de rester. On n’est pas comme ça. »

« Je suis tellement heureux pour Joan (Duru). Il le mérite tellement avec tous les entraînements qu’il fait. Joan, c’est une machine de guerre. Il s’est parfaitement préparé pour ces Mondiaux. Je m’en voulais dans l’eau, je pensais que ma troisième n’allait pas suffire pour le titre par équipes. C’est un sacré exploit qu’on réalise avec toute les équipes qu’il y avait et ce sacré niveau. On nous a demandé de venir ici alors qu’on a un programme très chargé après 3 mois non-stop en Australie. On a vu les Brésiliens s’en allaient. Nous, on a décidé de rester. On n’est pas comme ça nous. On envoie un sacré message à deux mois des Jeux Olympiques. On n’est pas là pour rigoler. On peut aller chercher des médailles au Japon. J’ai personnellement retrouvé du rythme durant ces Mondiaux. »

 

Texte et photos FFS

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentFierro continue son marathon
Article suivantL’exploit des Français avant les JO
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici