Le président de la Fédération Jacques Lajuncomme achève ce lundi une visite officielle de 6 jours à La Réunion où il a rencontré et écouté la Ligue Réunionnaise de Surf, les présidents de clubs, les dirigeants des écoles labellisées, et échangé avec les institutions. Un programme de formations porté par deux cadres techniques a également été mis en place sur l’île au cours de cette visite, qui s’inscrit dans une volonté fédérale commune du redémarrage de l’activité.

« La Fédération est à La Réunion parce que c’est le bon moment de venir appuyer la politique de développement de la ligue réunionnaise de surf et en particulier le travail formidable du président Eric Sparton. » En visite officielle dans l’île de l’océan Indien, le président Jacques Lajuncomme a pu se rendre compte de visu de l’engagement des dirigeants de la Ligue réunionnaise de surf. « Il était important pour moi de découvrir la culture surf réunionnaise et de voir dans quelles conditions la Fédération peut favoriser le redémarrage du surf ici, explique-t-il. La Réunion est un vivier extraordinaire de champions qui ont beaucoup apporté à la Fédération. J’ai pensé qu’il était temps qu’elle rende à La Réunion tout ce qu’elle a apporté au surf français. »

Eric Sparton : « Un signe fort de la Fédération »
Pour le président de la Ligue réunionnaise de surf Eric Sparton, cette visite est « un signe fort de la Fédération car cela faisait longtemps qu’un président n’était pas venu chez nous. » Pour le président de la LRS, « il y a eu cette semaine un travail collaboratif avec la Fédération sur nos besoins en termes de formations. Nous avions des manques et des lacunes. »
Pour relancer pleinement l’activité après de très nombreuses années difficiles dues à la crise requins (22 attaques entre 2011 à 2019), la Fédération va ainsi mettre à disposition de la Ligue des moyens humains avec la présence ponctuelle d’un cadre technique national, Mathieu Carpentier, qui va favoriser et soutenir les actions de développements des clubs et de la ligue. Durant cette semaine, Geoffrey Mallet, cadre technique fédéral, a lui dispensé plusieurs formations de formateurs, d’encadrants de la pratique, de juges, d’organisateurs de compétitions, etc…

850 licenciés en 2021
La Ligue réunionnaise de surf compte à ce jour 850 licenciés, après être descendue à 120 durant ces dernières années. « A la Ligue, nous commençons enfin à repenser à nos activités, à faire du surf au sens propre », déclare Eric Sparton. Le surf s’y fait toujours dans des zones expérimentales avec le soutien du dispositif “Vigies Requins Renforcées” sur quatre spots de St Gilles et Trois Bassins, et de la “Water Patrol” du Leu Tropical Surf Team sur le spot de St Leu. « La présence de la Fédération et de ses cadres arrive à point nommé et je remercie énormément Jacques Lajuncomme de sa présence à un moment clef pour le redémarrage de l’activité, ajoute le président de la Ligue. Nous voulons retrouver notre niveau d’avant la crise requins. Nous avons besoin de retrouver notre vivier de talents même si nous avons récemment performé aux championnats de France en étant la 3e ligue de France. »

Jacques Lajuncomme : « Un soutien réel, tangible et important »
Après avoir échangé avec les acteurs du surf réunionnais, le président Jacques Lajuncomme a multiplié les rendez-vous avec les services de l’État, dont le Creps de la Réunion, la DRAJES, le Centre Sécurité Requins, durant lesquels il a affiché son soutien total à la Ligue réunionnaise de surf.
« Je le répète, c’est le bon moment pour que l’on pousse tous ensemble afin que le surf réunionnais retrouve sa place », conclu Jacques Lajuncomme. « Il y a des demandes qui m’ont été faites. Le mode de gouvernance de la Fédération m’impose de ne pas faire d’annonces ici. Mais je vais en rentrer en métropole avec des propositions très concrètes que je vais soumettre au comité directeur pour que la Fédération apporte un soutien réel, tangible et important aux efforts que fournissent Eric Sparton et son équipe. »

Texte et photos FFS

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentRéhane Gany fin prêt
Article suivantLe sport dans les quartiers à Saint-Denis
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici