Avec le portrait d’Eric Lancelot, nous inaugurons une nouvelle rubrique « photographe de sport ». Nous débutons avec une immersion dans le monde abyssal où la photographie subaquatique est considérée comme un sport.

S’il est un corps de métier qui participe à la réputation de la Réunion comme l’une des plus belles îles de la planète, c’est bien celui de photographe. Et Eric Lancelot peut se prévaloir d’en être l’un de ses plus fidèles ambassadeurs à travers les nombreux prix de photographie sous-marine qu’il a décroché à travers le monde. Rencontre avec un passionné, mi-homme, mi-poisson.

L’année a bien commencé bien pour Eric Lancelot. Deux concours, deux premiers prix. Le premier en janvier au concours du salon de la plongée à Paris, catégorie scientifique, et une autre première place à Strasbourg en février au Festival de l’Image sous-marine en catégorie Noir et Blanc. 2019 est déjà un grand cru pour notre plongeur « péi ».

C’est à l’armée en 1986, dans les Commandos Marines qu’Eric Lancelot se familiarisera avec les Nikonos de l’époque et perfectionnera sa technique de l’image subaquatique. Aujourd’hui reconnu dans le monde entier à travers ses expos et ses concours, Eric Lancelot fait partie de ces précurseurs avec James Caratini, Thierry Soriano, Laurent Bêche et Alain Diringer qui ont érigé la photographie sous-marine au rang d’art dans notre île.  En témoignent le nombre exponentiel de participants réunionnais aux concours internationaux.

« Le numérique, c’est incontestable a apporté une plus grande souplesse dans cet exercice que par le passé avec l’argentique. Quand avec un film, vous ne pouviez réaliser que 36 vues en deux heures de plongée, aujourd’hui le numérique vous permet d’engranger des centaines de prises de vues. Le numérique a tiré tout le monde vers le haut. Et à la Réunion, on peut plonger 11 mois sur 12 » confie le photographe.

En contact avec la nature

Admiratif du Travail de Robert Capa pour le reportage de guerre, de Cartier Bresson pour le Noir et Blanc et d’Annie Lebovitz pour ses portraits, c’est à Paul Nicklen qu’il pense pour son travail en photo sous-marine, un homme qui l’a marqué et influencé. Eric qui se définit plus comme un technicien de l’image exerce alors tout son talent artistique à travers ses œuvres sous-marines au travers desquelles il se plaît à jouer avec la lumière, avec sa mannequin sirène, les baleines, les dauphins, autant de modèles dont il aime transcender la magie.

Pour Eric, la photographie sous-marine est un moyen d’être en contact avec la nature, une discipline sportive qui requiert de nombreuses qualités physiques, une bonne connaissance du milieu marin et de ses habitants, une bonne technique photographique. « Le numérique m’a permis de créer des nouvelles images en prenant plus de risque dans les réglages, m’a libéré de certaines contraintes pour mieux exploiter et développer ma créativité ».

Et s’il est un cliché qu’Eric aimerait réaliser, c’est bien celui de « la naissance d’un baleineau! Pour les baleines à bosse à ma connaissance cela n’a jamais été fait ! Cela reste mystérieux, mais à La Réunion on a la chance d’avoir des naissances et donc la possibilité de photographier ce moment rare sur ces mammifères emblématiques ».

Et Eric de conclure en reprenant une citation du photographe d’André Kertesz des années 50 à qui il voue une admiration sans borne : « Ce n’est pas le sujet qui fait une photographie mais le point de vue du photographe ».

Texte: Pierre MARCHAL
Photos: Eric LANCELOT

Eric Lancelot en bref

Ecole de photo à la Sorbonne en 1984 puis photographe à La Réunion pour des guides touristiques de l’époque! Photographe à l’armée (commando marine) Responsable de magasin Phox en métropole de 1989 à 1993 – Puis responsable de magasin à La Réunion de 1994 à 2015 pour Photo Express. Depuis 2015, Eric travaille à son compte et crée Art Photo à Saint-Leu, tant en reportage, en mariage qu’en photo sous-marine artistique. Il est aussi réputé en tirages d’art et travaille pour la grande majorité des photographes qui exposent à la Réunion. Avec une gamme de papiers et de produits originaux, en mat, semi mat, perlé, baryté, texturé sur tous types de contre collage, Eric Lancelot est devenu une référence en la matière. Il est aussi le distributeur en caisson sous-marin des marques Nauticam et Hugyfot. FB : art photo impression réunion

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentL’Excelsior | le fond et la forme
Article suivantUn cas de triche présumée examiné
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici