C’est dans un contexte particulier que les championnats du monde ISA 2021 seront lancés dimanche matin au Salvador (16 heures françaises). Les tests PCR réalisés jeudi et vendredi auprès des 564 athlètes et officiels ont confirmé 18 cas positifs au Covid, dont 11 athlètes. Ils ont été placés en quarantaine dans un hôtel spécifique. Dix autres cas sont actuellement en attente de tests supplémentaires.

La compétition débute ce dimanche matin avec le 1er tour messieurs sur le pic droite-gauche consistant de la Bocaña, et le 1er tour dames sur la longue droite d’El Sunzal.
Les prévisions de vagues sont très bonnes pour les 8 jours à venir ; avec 1m50 glassy annoncé pour la première journée.

24 séries, sur les 36 messieurs et 32 dames, du premier tour, sont prévues ce dimanche. Tous les Français hormis Michel Bourez (série 31) sont donc convoqués.

Ces championnats du monde revêtent une importance particulière puisqu’en plus des 4 titres mondiaux chez les messieurs, les dames, le relais et le classement des nations, ils offrent les 12 derniers tickets individuels pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2021 (25 juillet au 1er août). Répartis comme suit : 7 places pour les dames et 5 places pour les messieurs.
Elles seront attribuées au regard du classement individuel pour les surfeurs(ses) éligibles. C’est-à-dire sans tenir compte du ranking final des 15 surfeurs et des 13 surfeuses déjà qualifiées, ni celui des surfeurs(ses) ne pouvant plus être qualifié(e)s, comme le(la) 3e surfeur(se) brésilienne, australienne ou nord-américaine, dont les pays comptent déjà le quota maximal de quatre athlètes qualifiés pour les JO.

Objectif qualification olympique pour une des trois Françaises

Pour la France et ses 3 qualifiés olympiques via le CT : Florès, Bourez et Defay (forfait pour ces Mondiaux), l’enjeu est donc de qualifier une seconde féminine. Comme nous l’avons déjà écrit, il ne pourra s’agir en cas de Top 7 féminin éligible que d’une des trois tricolores engagées : Vahiné Fierro, Pauline Ado ou Cannelle Bulard.

Hormis les Américains Kolohe Andino et John John Florence, la Française Johanne Defay, ainsi que l’équipe d’Afrique du Sud et ses stars Jordy Smith et Bianca Buitendag, qui n’ont pas eu leur visa pour entrer au Salvador, tous les surfeurs déjà qualifiés via le CT et les Mondiaux 2019 sont sur la ligne de départ de ces Mondiaux 2021. Citons ainsi : les Brésiliens Gabriel Medina, Italo Ferreira, Felipe Toledo et Tatiana Weston-Webb, les Australiens Julian Wilson, Owen Wright et Stephanie Gilmore, le Japonais Kanoa Igarashi, les Américaines Carissa Moore et Caroline Marks, …

Photos Joan Duru (Photo FFSurf)

L’équipe de France dispose d’une dernière journée d’entraînement ce samedi avant le début de la compétition demain.

Horaire de passage ce dimanche (heures françaises) 
16h20 : Cannelle Bulard, série 2
20h40 : Pauline Ado, série 15
23h00 : Vahiné Fierro, série 19

LIVE
La compétition est à suivre en live video sur le site : https://isasurf.org
Call tous les jours à 7h30 locales, 15h30 françaises.

LE FORMAT
Chaque sélection nationale compte 6 athlètes : 3 messieurs et 3 dames. Le format est de 4 surfeurs par série. Le système de double élimination est appliqué sur tous les tours jusqu’à la finale. Il faut donc « perdre » deux fois pour être définitivement éliminé.
Le classement final des nations sera établi grâce aux points que les surfeurs gagneront selon leur classement individuel (ex : 1000 pts pour la première place, 860 pour la deuxième place, etc…). La compétition du relais (Aloha Cup) se disputera par équipe de 4 (2 messieurs et 2 dames).

L’EQUIPE DE FRANCE
Messieurs : Jérémy Florès, Michel Bourez, Joan Duru
Dames : Vahiné Fierro, Pauline Ado, Cannelle Bulard
Staff : Stéphane Corbinien, Patrick Florès, Frédéric Robin, Hira Teriinatoofa, Thierry Durantel (médecin), Thibault Paraillous (kiné)

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentEnzo Hoarau roi du chrono des FP1
Article suivantCannelle Bulard positive au Covid
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici