Alors qu’elle avait annoncé faire un break le mois dernier, Cannelle Bulard montera demain dans l’avion pour le Salvador et participera aux Mondiaux qualificatifs pour les Jeux. Elle livre sa première réaction entre un test PCR obligatoire et son boardbag à (re)faire.

Comment as-tu réagi à cette sélection inattendue ?
Je ne m’y attendais pas du tout. J’ai été très… émue quand on m’a annoncé que finalement j’allais participer aux Mondiaux. J’avais raté la sélection le mois dernier et, comme je l’avais annoncé, pour moi c’était stop ! J’avais dit que je voulais faire une pause avec le monde de la compétition pour me concentrer sur des projets personnels. Je me serais donc arrêtée un mois. J’ai le bonheur de pouvoir faire ces Mondiaux et je pourrais dire stop à l’issue d’une grande compétition.

Comment vois-tu le fait que tu as de nouveau toutes tes chances pour décrocher le dernier ticket olympique français qui pourrait revenir selon les résultats à Vahiné Fierro, Pauline Ado ou toi… 
On a eu la chance d’être challengées et préparées le mois dernier sur les vagues des championnats du monde. J’ai trouvé que mon surf était correct durant ces 12 jours. Je veux juste ne pas me mettre la pression et vivre cette expérience comme si c’était la dernière.

L’histoire du sport comporte de nombreux exemples de grandes performances de qualifiés de dernière minute. 
Je vais prendre ce qu’il y a à prendre. De là à dire que c’est un signe (rires) !… C’est le destin en tout cas. On verra bien là-bas.

Les World Surfing Games 2021 se tiendront du 29 mai au 6 juin au Salvador sur deux vagues particulièrement consistantes.

Les deux spots retenus sont la Bocaña (spot principal) et El Sunzal (repêchages, photo) ; distants d’environ 500m l’un de l’autre, et situés à l’ouest de la ville de La Libertad.
Ces championnats du monde revêtent une importance particulière puisqu’en plus des 4 titres mondiaux chez les messieurs, les dames, le relais et le classement des nations, ils offrent les 12 derniers tickets individuels pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2021 (25 juillet au 1er août). Répartis comme suit : 7 places pour les dames et 5 places pour les messieurs. Elles seront attribuées au regard du classement individuel pour les surfeurs(ses) éligibles. C’est-à-dire sans tenir compte du ranking final des 15 surfeurs et des 13 surfeuses déjà qualifiées, ni celui des surfeurs(ses) ne pouvant plus être qualifié(e)s, comme le(la) 3e surfeur(se) brésilienne, australienne ou nord-américaine, dont les pays comptent déjà le quota maximal de quatre athlètes qualifiés pour les JO.
Chaque sélection nationale comptera 6 athlètes : 3 messieurs et 3 dames. Le format est de 4 surfeurs par série. Le système de double élimination est appliqué sur tous les tours jusqu’à la finale. Il faut donc « perdre » deux fois pour être définitivement éliminé.
Le classement final des nations sera établi grâce aux points que les surfeurs gagneront selon leur classement individuel (ex : 1000 pts pour la première place, 860 pour la deuxième place, etc…). La compétition du relais (Aloha Cup) se disputera par équipe de 4 (2 messieurs et 2 dames).

WSL Qualifying Series /Photos  Pedro Mestre

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédent100 km à pied, ça n’use que les souliers…
Article suivantDéfi connecté avec l’Ascension dionysienne
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici