Jérémy Florès, Michel Bourez, Joan Duru et Pauline Ado au repos, ce sont Cannelle Bulard et Vahiné Fierro, les deux repêchées de l’équipe de France, qui ont été à l’eau à l’occasion de la quatrième journée des championnats du monde, hier au Salvador. Toutes les deux sont désormais au 4e tour des repêchages.
Ce jeudi, tout le monde sera sur le pont avec les quarts de finale du tableau principal messieurs et dames et la suite des repêchages.
Les vagues devraient toujours dépasser les deux mètres sur les spots de la Bocaña et d’El Sunzal.

Une journée, deux Françaises en lice, deux spots, deux séries chacune et deux tours effacés pour se projeter sur la cinquième journée des championnats du monde avec une équipe de France au complet. Voilà l’essentiel à retenir de ce mercredi au Salvador.
En matinée, Cannelle Bulard s’est un peu fait peur sur la longue droite de Sunzal en ne validant sa qualification pour le tour suivant que dans la dernière minute avec une très longue droite (7,00). Un placement trop au large lui empêchant de prendre les bonnes vagues qui se sont succédé, elle a longtemps été deuxième sous la menace de la Néerlandaise Julia Van Rooij. Avant de tout renverser donc et de finir en tête.

« J’ai voulu prendre la priorité et je me suis mise trop au fond,expliquait Bulard à sa sortie de l’eau. Je me suis fait enfermer 3 fois. Je suis descendue un peu pour les reforms car j’avais entendu que l’Equatorienne (Génesis Borja) avait eu un bon score plus bas. Ça a été serré avec la blanche (Van Rooij) mais j’ai tout donné pour passer. Ça fait longtemps que je n’ai pas eu cette rage. »
En milieu d’après-midi, cette fois sur le spot de la Bocaña à la limite du praticable avec de très grosses séries à plus de 3 mètres bouchant l’horizon, la Réunionnaise a de nouveau joué avec les nerfs du staff technique. Après une première belle vague ponctuée d’un gros turn (6,50), elle a passé sa série à faire des canards après que des tonnes d’eau lui soient tombées dessus. Pour, peu avant le coup de trompe, reprendre une jolie gauche surfée jusqu’au bout (6,47) et remporter un heat (12,97) piégeur au possible.
« Il y avait beaucoup de courant et je me suis retrouvée trop à l’intérieur, constatait-elle. J‘ai fait l’erreur de ne pas partir sur les premières vagues et ensuite j’ai “bouffé” la série de la journée. Heureusement, une vague est arrivée juste après. Je n’avais plus de force, mais j’ai tout donné. Puis j’ai pris ma seconde vague sur la fin, après avoir pêché 20 minutes. Elle est arrivée sur moi ! Je ne laisse plus rien passer. J’ai un autre mental. Je suis redevenue une guerrière ! »

Vahiné Fierro, elle, n’a pas eu de temps à perdre sur sa première série à Sunzal. Une vague à 8,17 points d’entrée de jeu avec un énorme roller backside, une autre à 7 points dans la foulée. La Tahitienne a ensuite attendu une bombe qu’elle n’a pas trouvé mais l’affaire était pliée depuis longtemps (15,17) et tout le monde combo. « J’ai envie de m’exprimer après avoir été retenue les premiers jours, expliquait la jeune tahitienne. J’ai eu mes deux scores d’entrée, je n’ai pas eu à batailler. J’aurais pu faire mieux encore si j’avais eu une dernière vague à la fin. »
Au tour suivant, à la Bocaña, Fierro a encore vite pris sa première vague d’entrée (4,50) mais a ensuite peiné à en trouver une seconde. Sans vraiment être en danger, elle se qualifie dans le sillage de la Japonaise Shino Matsuda (9,50 à 7,63). « Les conditions étaient très difficiles, j’ai eu un 4 et un 3 sur une seule manœuvre à chaque fois. J’aurais préféré faire mieux mais ça passe. »
La championne du monde péruvienne Sofia Mulanovich out
Au tour suivant, tout à l’heure à Sunzal, les Françaises seront encore épargnées puisque pas mal de têtes de série sont désormais en repêchages. Alors qu’elles auront chacune une Allemande, Rachel Presti pour Bulard et Camilla Kemp pour Fierro, elles évitent notamment Sally Fitzgibbons (Australie), Amuro Tsuzuki (Japon), Anat Lelior (Israël) ou encore Chelsea Tuach (Barbade). Le 5e tour de repêchages se tiendra dans la foulée, toujours sur la droite de Sunzal.
La surprise de cette journée de repêchages est venue du Pérou et de l’élimination de la championne du monde en titre Sofia Mulanovich. Laquelle ne verra donc pas les JO de Tokyo puisque la qualification pour le continent américain s’est jouée en 2019 sur les Jeux Panaméricains, remportés par sa compatriote Daniela Rosas.
Cette même Rosas se retrouve aujourd’hui dans la série du 4e tour de Pauline Ado. La Française qui poursuit sa route dans le tableau principal affrontera également Alyssa Spencer (USA) et Estela Lopez (Chili).
Chez les messieurs, tous au repos hier, les séries du 4e tour seront composées de trois surfeurs. Joan Duru sera opposé au Japonais Hiroto Ohhara et à l’Indonésien Rio Waida, Bourez aura l’Allemand Leon Glatzer et le Chilien Manuel Selman. Quant à Jérémy Florès, il devrait retrouver le champion du monde en titre Italo Ferreira et l’Australien Julian Wilson. Parmi les têtes de série encore sur place, notons que l’Australien Ryan Callinan a été éliminé après sa 3e place au 3e tour de repêchages.
51 nations participent aux championnats du monde de surf de l’International Surfing Association. L’enjeu principal est la délivrance des 12 dernières places (7 dames et 5 messieurs) pour les Jeux Olympiques de Tokyo (23 – 28 juillet).

Texte FFS
(Photo ISA/Pablo Jimenez)

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentFlorès poursuit sa route
Article suivant2ème sélectif en Équipe de France de difficulté jeunes : 8 Réunionnais(e)s en lice
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici