Faute de compétitions, ce n’est pas le COVID 19 qui va faire baisser les bras de Daniel Guyot. Entouré d’amis sportifs, il sait recréé les conditions de courses et nous livre cette fois-ci son expérience dans un bike & run d’anthologie.

Un intermède « Bike and Run » explosif sur 25 km, aura consacré 1er, le véloce binôme masculin Yassin Koo Pin Hin (39 minutes à son dernier 10 km) et le jeune Eddy Paquiry (capable de 100 m en mode supersonique) ; 2ème, la paire mixte spécialiste de la discipline Béatrice Bit (championne de triathlon) et le maître nageur bien sculpté, Patrick Rubel, tous deux experts exercés à des passages de vélo éclairs sans réduire la vitesse ; et 3ème, le duo en impro, Mireille Vélia-Toussaint, encore peu familière de la petite reine, et Daniel Guyot, l’ancien cyclotouriste au long cours – qui courra plus qu’il ne pédalera dans cette affaire – avec un biclou pesant deux fois celui des 1ers…

Ensuite, ces protagonistes passeront aux choses sérieuses (excepté Yassin qui a bien donné, et aspire à une récupération plus longue, c’est comme ça les formules 1…) : le “Camélias-Raid 2021 marron”. Pour honorer l’association « Rando Camélias » le méritant à plus d’un titre – également organisatrice des fameux DTour qui me sont familiers depuis des lustres, et toutes nos chaleureuses salutations en passant à Léonce Honorine et Jacques Clorinte -, nous arborons nos dossards officiels de l’an passé. (J’ai une dizaine de « Camélias-Raid » à mon actif, 1er de cat aux 2 dernières éditions même si j’aime moins la formule qui fait redescendre au quartier des Camélias, après beaucoup d’arrivées antérieures jugées au Brûlé en fête). Eddy a tout spécialement mis son Tee-shirt collector fétiche avec le portrait de la jeune championne Florence Solente, figure de proue féminine de l’édition 2019.

Je ferai la montée jusqu’au Brûlé en tête avec Patrick dont la tenue en mode Kilian Jornet ne s’avère pas une usurpation : il a la caisse qui va bien avec ; nous atteignons la route en moins d’une heure ; ensuite, sentant Patrick mordant – le phénomène est non seulement spécialiste de X-Terra et Tri, mais également détenteur d’un 37 minutes au 10 km et d’une Diag’ en 32 heures … – je le laisserai prendre les devants pour qu’il exprime ses talents de vaillant M4, alors que je suis un M5 mûr ayant déjà fait plusieurs fois cette montée en début de semaine ; faut quand même respecter les hiérarchies comme les états de fraîcheur… Nous avons décidé de faire demi-tour à l’entrée du sentier de La Roche Écrite (donc plus haut que l’aire de jeux où se fait habituellement la bascule du « Camélias-Raid » patenté) ; j’y parviens finalement peu après avoir croisé Patrick qui vient d’entamer la descente ; du coup, je le rejoints gentiment – même si le gaillard sprinte dès lors qu’il me sent débouler sur ses talons … -, et nous terminons ensemble en 1h59, la ligne d’arrivée se faisant à la porte de l’église… Y parvient en trombe seulement 10 minutes après, Mireille, à la faveur d’une descente sur les chapeaux de roues ; suivra Béatrice qui a trouvé l’épreuve un peu longue, puis Eddy qui a géré ce trail piquant – 1200 D+ sur une vingtaine de km – de manière raisonnable. Et c’est de sa part une sage disposition, car en guise de récupération active, nous descendons ensemble à La Providence, là où une collation non moins providentielle nous sera servie par Béatrice ; elle a d’autant plus de mérite que cet exercice trailistique lui aura occasionné quelques crampes ; disposant de fibres rapides rompues au Triathlon, Bike & Run, et autres bombardements ludiques où la championne aurait beaucoup à nous apprendre, en matière de trail, c’est en revanche nous qui pouvons lui donner quelques petits conseils ; à commencer par ne pas prendre des chaussures destinées plutôt aux sports en salle, comme elle l’a fait… Alors que mes citadins comparses s’étireront en se suspendant harmonieusement à un kiosque domestique, je choisirai les sauvages lianes d’un banian pour y faire le singe… C’est un des intérêts non négligeables de ces regroupements sportifs éclectiques : partager des pratiques en venant d’univers, d’expériences, et de styles très différents…

Texte et photos Daniel Guyot

   Envoyer l'article en PDF   

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici