Qui n’a pas déjà ressenti l’effet du coup de pompe, que la machine ne veut plus avancer soudainement. Sans explications. Au moment où l’on s’attend le moins. Cela arrive aux meilleurs, même à Antoine Guillon. Petite réflexion autour du coup de mou.

Petite contribution ce matin pour comparer nos ressentis sur la baisse de régime qui survient souvent pendant un ultra, ou sur plus court aussi !
Le coup de moins bien pendant la course, je le subis parfois, et j’ai pu remarquer qu’il provenait :
– D’un départ un peu fort (hé oui cela m’arrive pour rester au contact des copains) avec des pulses trop longtemps à 88% de la Fcmax (pendant les 5 premières heures lors des ascensions) tandis qu’à 83- 85% max je passe sans cahot. Le coup de mou survient vers 10 h de course et dure le temps de d’assimiler pas mal de glucides.
– Absorption trop importante de sucres, quand certaines épreuves ne proposent pas de salé sur plusieurs ravitos d’affilé ; cela ne m’arrive plus depuis des années car j’anticipe mieux.
– Un cardio trop élevé alors qu’il fait chaud ; la limite n’est pas facile à trouver et il faut rester très à l’écoute des sensations.
A cela, je peux ajouter le coup de mou mental ; celui-ci est plus sournois et m’enquiquine plutôt sur le 2e tiers de course. Avant je ne me pose pas de question, et après je suis assez rapproché de l’arrivée pour me sentir confiant.
Tous ces coups de moins bien peuvent se redresser ; pour ma part je n’ai pas eu à abandonner depuis 2006.
Un dernier coup de mou, physique celui-là, avec les jambes en compote. Cela, ce sont mes fibres musculaires qui ont trop dérouillé dans les descentes rapides. Je l’ai vécu deux fois, et là c’est une belle galère pour rejoindre l’arrivée.

Texte: Antoine Guillon
Photo: Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentRestez connectés avec Odysséa
Article suivantVacances sportives au Port.
Athlète français né le 16 juin 1970 dans les Yvelines, Antoine Guillon est un spécialiste de l'ultra-trail. Il a notamment remporté le Grand Raid 2015 et l'Ultra-Trail World Tour 2015 après avoir fini quatrième de l'Ultra-Trail World Tour 2014. Pour ce sportif de haut niveau, l'ultra-Trail est un art de vivre.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici