Carton plein pour Oriane Bertone (Club 7a l’Ouest) qui à seulement 16 ans décroche une nouvelle médaille d’argent pour sa deuxième participation à une coupe du monde senior de bloc.

Les qualifications de vendredi n’ont pourtant pas été une partie de plaisir pour la jeune réunionnaise qui doit se contenter d’une 18eme place néanmoins suffisante pour accéder à la demi-finale du lendemain.

En demi-finale elle est capable d’élever suffisamment son niveau pour faire partie des six lauréates admises en finale. Avec 2 bloc réussis à vue elle s’offre de justesse le sésame.
Les compteurs sont maintenant remis à zéro et trois heures plus tard devant une multitude de spectateurs américains enthousiastes le show must go on à Salt Lake City…

Dès le premier des quatre blocs de cette finale, la titulaire du Pôle Espoir de l’Outre-Mer semble bien dans ses chaussons et s’adjuge le problème en deux essais. Elle ne fait qu’une bouchée du deuxième bloc (réussi à vue) mais doit se contenter de la zone du 3ème passage qu’elle manque de peu, ce qui la repositionne dans le peloton de tête de cette finale palpitante, dominée par les deux jeunes américaines Natalia Grosseman et Brooke Raboutou. Tout est donc possible à l’attaque du dernier bloc du circuit, un jeté puissant en jambe mais exigeant un contrôle de la trajectoire, très proche du mur, difficile à caler. Oriane l’exécute en seulement 4 essais, une performance remarquable qui lui ouvre les portes du podium, reste à savoir sur quelle marche… Brooke doit absolument atteindre la prise d’arrivée de ce jeté pour conforter sa deuxième position du classement provisoire mais les quatre minutes réglementaires s’égrainent sans qu’elle puisse s’en saisir : Oriane est maintenant sur la deuxième marche du podium. Au bout du suspense, à 40 secondes du clap de fin de cette finale et après 9 tentatives infructueuses, Natalia Grosseman se saisit de la prise d’arrivée de ce mouvement spectaculaire ce qui lui offre l’or.

Pour Oriane Bertone, « cette compétition était vraiment incroyable. D’abord parce qu’elle n’a pas très bien commencé : je n’ai pas eu de bonnes sensations en qualifications, où je me suis classée 18e, j’ai eu chaud. Mais je me suis efforcée de prendre chaque phase de cette compétition à part et j’ai bien fait ! Arrivée en demi-finale, je n’avais rien à perdre. J’avais très peu de stress et j’étais en forme et bien échauffée. Les blocs n’étaient pas spécialement dans mon style, il y avait beaucoup de dalles, mais j’ai vraiment aimé les grimper et je suis remontée à la 6e place, juste ce qu’il fallait pour cette finale. En finale, du coup, j’étais un peu dans le même état d’esprit : j’étais super détendue, je passais la première et les blocs étaient un peu plus dans mon style : ils étaient plus physiques. Alors, je me suis vraiment fait plaisir, je me suis éclatée dans tous les blocs, c’était magique. Et à la fin, quand on m’a dit que j’étais deuxième, je n’ai pas bien réalisé. C’est quand j’ai compris que Mejdi était lui aussi deuxième que toutes mes émotions de la compétition sont remontées d’un coup je me suis mise à pleurer. Un moment merveilleux ! » confie la Réunionnaise.

Un clin d’oeil à son jeune compère Mejdi Shalk qui à 17 ans ramène lui aussi l’argent pour les bleus, dans une finale masculine de très haut niveau.

Fanny Gibert 9ème ce week-end, fait son retour dans le top dix mondial et visera elle-aussi la finale lors de la 3ème étape.

On attend avec impatience la troisième étape de la coupe du monde de bloc, le week-end prochain, à nouveau à Salt Lake City, pour retrouver Oriane et toute l’équipe de France dans une nouvelle joute au sommet…

Texte et photos: FFME

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentMotocross : Enzo Hoarau chute mais garde le sourire
Article suivantJohanne Defay dans le Top 5
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici