La France démarre officiellement l’Euro ce soir à 23h00 heure Réunion et affronte l’Allemagne sur son terrain. Une entrée en matière de choix qui va permettre à Didier Deschamps d’affiner sa stratégie notamment en attaque. Et si les Bleus, champions du monde en titre, font figure de favoris, réussir le doublé champion du monde-champion d’Europe comme la bande à Zidane il y a 21 ans ne va pas être une simple affaire.

C’est un Euro un peu particulier cette année puisqu’il va se dérouler dans plusieurs pays européens, hormis la France qui avait organisé la dernière édition.
Dans cette compétition, les Bleus sont les grands favoris. Alors qu’ils étaient placés tout au long de l’année soit derrière l’Angleterre, soit la Belgique, les derniers évènements ont remis les Français en première position chez les parieurs. Le retour inattendu de Karim Benzema, la confirmation de Killian Mbappé au plus haut niveau ainsi que la prestation XXL de Ngolo Kanté en Ligue des Champions font des champions du monde l’équipe à abattre du tournoi.

Les joueurs assument parfaitement ce statut comme l’a signalé Kingsley Coman lors d’une conférence de presse. Mais prudence, car le souvenir de 2002 est dans toutes les mémoires. Les Français, champions du monde et d’Europe en titre, possédant les meilleurs buteurs de 3 championnats, s’étaient totalement écrasés lors de la Coupe du Monde en Corée du Sud et au Japon.
Le statut de favori n’est généralement pas une spécialité française.

Était-il possible d’avoir pire tirage ? Les trois derniers vainqueurs de grandes compétitions impliquant les Européens se retrouvent dans la même poule. La France, championne du monde en titre, se retrouve donc avec l’Allemagne, champion du monde 2014, le Portugal, champion d’Europe en titre, et la Hongrie. Un groupe relevé aux allures de piège.

La compétition va démarrer très fort le 15 juin en allant défier les Allemands à Munich. Si la Mannschatf ne vit pas ses meilleures heures, elle reste une grande nation avec des joueurs très dangereux. Malgré quelques doutes, l’équipe de Joachim Löw peut mettre en danger les Tricolores.

Le 19 juin, les hommes de Didier Deschamps iront défier les Hongrois sur leur terre. Si les joueurs de l’Est font figure de petit Poucet du groupe, cette équipe peut créer la surprise ou jouer le rôle d’arbitre dans ce groupe. Un match nul face aux champions du monde pourrait avoir valeur de victoire pour eux.

Le 23 juin, ce sera la revanche tant attendue. 5 ans après la finale de l’édition 2016, Français et Portugais se retrouvent à nouveau lors de l’Euro. Les deux étaient déjà dans le même groupe lors de la dernière Ligue des Nations (1 nul et 1 victoire de la France), mais le contexte de cette dernière journée du groupe rendra l’adversité plus ou moins intéressante selon les classements. La bonne nouvelle est qu’Eder ne sera pas là, la mauvaise c’est que les Lusitaniens ont trouvé beaucoup mieux.

Contre-performance

Si les Français arrivent premier de leur groupe, ils affronteraient le meilleur troisième des groupes A,B ou C. Cela pourrait signifier la Turquie, la Suisse, le Pays de Galles, le Danemark, la Russie, l’Autriche ou l’Ukraine. Dans le pire des cas, l’Italie, la Belgique ou les Pays-Bas pourraient se présenter face aux Bleus.

En cas de qualification en deuxième position, la France affronterait le premier du Groupe D qui comprend l’Angleterre, la Croatie, l’Écosse et la République tchèque. Les Anglais, qui possèdent sûrement l’effectif le plus talentueux de la compétition avec les Français, sont les grands favoris de ce groupe.

En cas de contre-performance, les Bleus peuvent toujours être repêchés en tant que meilleur troisième des groupes A, D, E ou F. Cela amènerait probablement à un choc face à la Belgique ou Pays-Bas, voir la Russie ou l’Ukraine.

À partir des quarts de finale, la diversité des scénarios rend difficile la projection. Néanmoins, de nombreux pays sont également favoris de cette compétition. Les Belges sont premiers au classement FIFA et ont gardé leur désir de revanche de la dernière coupe du monde. L’Angleterre possède également une équipe incroyable avec une jeune génération exceptionnelle. Absents de la dernière coupe du monde, l’Italie et les Pays-Bas sont de retour au plus haut niveau. L’Espagne, décimée par le Covid avant la compétition, reste dangereuse et les Allemands sont toujours présents.

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentDe l’usage du sac par Antoine Guillon
Article suivantLes Bleus se rassurent
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici