Depuis que le trail grandit, les sacs rapetissent, oui et non me direz-vous. 3 litres ou 20 litres pour des usages différents ou pour des coureurs différents ? La question mérite d’être débattue, car j’entends souvent dire des sacs que j’utilise qu’ils me sont réservés en raison de ma vitesse à boucler un ultra. Voilà ce que j’en pense, et vous me donnerez votre avis, les expériences sont intéressantes à croiser.

Avant tout j’aime courir longtemps et souvent, avec une sensation d’aisance ; j’aime pouvoir attaquer n’importe quelle pente, me faufiler à tout instant à quatre pattes dans la broussaille pour dénicher une bestiole, ramasser un champignon ou un fruit, et je n’aime pas déposer mon sac pour y farfouiller, ni sentir qu’il bouge, et encore moins qu’il m’encombre de son poids. Je dois oublier sa présence.

Que ce soit à l’entraînement ou en compétition, je porte le même sac. Peu consommateur, je garde environ 2 ans celui qui me convient, pas le modèle, le sac, et je teste les autres si on me le demande. Cela représente donc 1000 à 1200h de portage (je cours parfois sans).
La solidité est donc le premier point, alliée à la légèreté.

Jusqu’à 5 litres, une centaine de grammes c’est bien. Un 20 litres de 300g c’est très bien aussi.

Veiller à ce que la, ou les matières utilisées n’occasionnent pas d’irritations. Plus il y a d’ourlets apparents, de sangles, de cordons, de gros nœuds de couture, plus les risques augmentent.

La taille est importante. Un sac doit pouvoir se décliner en taille crevette, langoustine et homard, et que chacune de ces catégories ait une marge importante de réglage. Il faut pouvoir le porter sans qu’il ne bouge et sans qu’il ne gêne les mouvements respiratoires, poches vides ou poches pleines.

La quantité d’eau se limite souvent à deux flasques, ou parfois, mais de moins en moins populaire, à une poche à eau dorsale (camel back). Pensez qu’il est toujours possible de glisser une autre flasque dans la poche dorsale.

Les rangements :
-Une poche dorsale peu profonde pour accéder depuis le haut à l’essentiel sans ôter le sac (il est facile d’attraper des éléments qui se trouvent au fond si nous prenons soin de les emballer dans une pochette, étanche tant qu’à faire).
-Un arsenal de poches sur les bretelles et sur les flancs, à condition qu’aucune ne soit rendue peu accessible par l’encombrement des flasques ou des bouteilles. Leur fermeture doit être sécurisée, leur ouverture facile (éviter le dilemme est un casse-tête pour le fabricant). Chacune doit être accessible sans se contorsionner.

L’encombrement : Plus le sac colle au corps, plus il est stable. Plus les poches s’arrondissent de leur charge, plus ce poids a de risques d’occasionner des balancements. C’est pourquoi la répartition des poches et de notre rangement est importante.
Ceci dit, le litrage du sac anime souvent les débats.
Plus on possède d’expérience et mieux on optimise le matériel ; à l’image des voyageurs qui emmènent des grosses valises en soute d’avion pour une semaine à l’étranger alors que d’autres se contentent d’un sac cabine.
Normalement, quand une personne s’est enquiquinée avec une valise dont à peine la moitié du contenu n’aura été utile, il est logique qu’elle en emporte une plus petite la fois suivante, fort de son expérience. Idem en trail.
En avertissement : on ne joue pas avec la sécurité, on l’étudie. Un sac de 15 litres rempli de matériel inadapté ou inutile est moins efficace qu’un sac de 5 litres contenant l’indispensable. Évidemment, les conditions météo, la durée de déplacement et l’assistance éventuelle sont à mettre dans la balance.

PS: j’ai couru le Tor des Géants avec un sac 3 litres, mais le MDS avec un 20 litres

Texte Antoine Guillon
Photo JB Roubinet

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentSélectif en équipe de France de difficulté séniors : 2 médailles
Article suivantEuro : Les Bleus entrent en lice
Athlète français né le 16 juin 1970 dans les Yvelines, Antoine Guillon est un spécialiste de l'ultra-trail. Il a notamment remporté le Grand Raid 2015 et l'Ultra-Trail World Tour 2015 après avoir fini quatrième de l'Ultra-Trail World Tour 2014. Pour ce sportif de haut niveau, l'ultra-Trail est un art de vivre.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici