Mardi sur le spot de la Pointe au Sel à la sortie sud de Saint-Leu, des surfeurs ont bravé le confinement pour s’adonner à leur passion. Inconscience, l’envie l’emporte sur le risque. Gilbert Pouzet de Leu Tropical Surf Team ture la sonnette d’alarme et réagit.

Même le confinement n’arrête pas certains surfeurs face au désir de se mettre à l’eau, malgré tous les risques que cela représente. C’était encore le cas ce mardi, en fin d’après-midi à la Pointe au Sel, à la veille de la date de l’attaque qui a coûté la vie à Adrien Dubosq. De quoi faire réagir Gilbert Pouzet, président de l’association Leu Tropical Surf Team.

“Tous les indicateurs sont au rouge concernant la probabilité d’une attaque [de requin]”, tire-t-il la sonnette d’alarme. “Je peux comprendre cet engouement car étant moi aussi passionné. Mais je pense que c’est prendre de gros risques à une heure où le soleil commence à décliner, avec un fort vent de sud , et sur un spot qui n’est pas fréquenté habituellement, et une absence de pêche depuis quelques jours sur le secteur. En ma qualité de président je me dois de dénoncer ces actes et d’appeler à la raison ces personnes qui n’ont pas conscience de la gravité de leurs actes”, exprime-t-il, rappelant les différents arrêtés en cours.

Il en appelle au bon sens : “Ce n’est pas le moment de mobiliser les services de secours qui ont déjà beaucoup à faire en ce moment, au cas où un accident devrait survenir, et ainsi donner raison à nos détracteurs. J’en appelle à votre civisme et à votre bon sens. Votre passion ne doit pas prendre le pas sur votre raison.”

Photo d’illustration Pierre Marchal

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentDonavan Grondin est prêt
Article suivantInscriptions closes pour le Grand Raid
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici