Le Réunionnais ?????? ???????? participait cette semaine au championnat du monde 2021 par l’IBC World Tour. La petite taille des vagues ne lui pas permis d’exploiter tout son potentiel, Amaury étant plus à l’aise dans le gros.

Les deux Français ont pris la 5e place ex-aequo du Sintra Bodyboard Pro dans la catégorie drop knee, sanctionnée championnat du monde 2021 par l’IBC World Tour. Dans des vagues de moins d’un mètre, Amaury Lavernhe a été battu de très peu par l’Américain Kellen Yamasaki (10,50 à 10,30). De son côté, Fabien Thazar s’est incliné face à l’ancien champion du monde Dave Hubbard (13,84 à 9,17), Américain lui aussi.

Lavernhe et Thazar se sont par ailleurs hissés au 5e tour de la catégorie Messieurs, un tour de repêchages avec 8 séries de 3 concurrents. Maxime Castillo, Simon Andrieux, Txomin Lopez et Yon Aimar sont eux aussi au 5e tour. Le jeune Aimar aura une série particulièrement musclée avec Lavernhe et le Sud-Africain Iain Campbell. Déjà deux fois vainqueur à Sintra, un spot qu’il apprécie particulièrement, Pierre-Louis Costes s’est quant à lui qualifié directement pour le 6e tour. C’est malheureusement terminé pour Irwin Cloarec, Robin Legros, Léo Jourdain-desprez, Noah Capdeville et Ethan Capdeville.

Chez les dames, seule Mathie Goujon a passé le premier tour en terminant 2e juste devant sa compatriote Lilie Labadie (3e). Mathilde Coudeyrat, la 3e tricolore engagée sur le Sintra Pro, s’arrête elle aussi d’entrée de jeu.

Programmée aujourd’hui, la catégorie Junior a finalement été reportée à demain. Quatre Français sont engagés : Tiago Vimont, Louka Zaninotto, Louis Fery et Victor Roux.

Photos : Sintra Pro 2021 Bodyboard World Cup

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentJohanne Defay en mission à Trestles
Article suivantFormule 1 : crash entre Verstappen et Lewis Hamilton
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici