Clap de fin pour la trentième édition du meeting de l’océan Indien. Une compétition sur trois jours qui a rassemblé les meilleurs nageurs réunionnais mais aussi les kréopolitains évoluant dans l’hexagone et une délégation malgache. Un bilan satisfaisant avec des records et des performances et ce malgré l’absence de l’invité vedette Amaury Leveaux.

Le meeting de l’océan Indien entre t’il dans une nouvelle configuration avec l’absence des meilleurs nageurs métropolitains. Qui semblent bouder ce rendez-vous. Les Manaudou, Lacourt et Lucas ont déserté les bassins réunionnais depuis deux ans déjà. Problème de disponibilités, d’agendas incompatibles, les eaux réunionnaises n’attirent plus comme par le passé. Il semblerait bien que la formule qui avait su séduire pendant de nombreuses années est en train d’évoluer.

Le club L’Alliance Dijon qui a répondu présent sans Amaury Leveaux retenu pour raisons professionnelles, a profité de l’occasion et du soleil réunionnais pour effectuer un stage sur plusieurs jours pendant les fêtes et bénéficier ainsi de conditions favorables pour s’entraîner.

Pour Franck Schott, conseiller technique et sportif de l’événement le bilan est assez positif : « C’est pour nous l’occasion de mettre en évidence tout le potentiel des nageurs réunionnais et de les confronter aux nageurs de l’hexagone. Auparavant, c’était un meeting qui nous permettait d’avoir une vitrine internationale. Avec des stars. Aujourd’hui, on s’oriente plus vers une compétition recentrée autour de nageurs nationaux et kréopolitains, qui sont plus des références pour nos jeunes que des remparts inaccessibles. Cela permet une vraie émulation de nos nageurs, de se mesurer aux kréopolitains qui évoluent dans les clubs de métropole et par là même deviennent de vraies locomotives. Ils sont très accessibles, il régnait une vraie bonne ambiance sur les compétitions, avec vraie notion de partage et de transmission entre générations ». Ouvrir le meeting aux autres pays de la zone apparaît alors comme une évidence avec l’île Maurice, l’Afrique du Sud, les Comores. Seule Madagascar avait fait le déplacement cette année avec une petite délégation. Pour Franck Schott, « tout est question de budget. C’est assez compliqué pour certains pays de la zone, qui manquent de moyens. Mais c’est vrai que c’est une piste intéressante à laquelle nous réfléchissons » conclue le conseiller technique et sportif.

Côté résultats, Alizée Morel de son côté n’a pas déçu ses fans en remportant les trois courses sur lesquelles elle s’était alignée : le 100, 200 et 400 mètres Nage Libre. La Possessionnaise qui vise une qualification pour les prochains Jeux Olympiques tenait à être présente sur ce meeting qui lui a tant apporté. « C’est un meeting important pour moi pour venir me ressourcer sur mon île, pour pouvoir transmettre aux plus jeunes mes valeurs, celles du sport de haut niveau. Je née ici, j’ai été formée ici. Je suis une vraie nageuse réunionnaise. Cela demande beaucoup de travail, de la persévérance et beaucoup d’abnégation. J’ai quitté l’île à 16 ans pour intégrer un sports études de haut niveau. Le travail finit toujours par payer. J’ai passé trois belles années à Toulouse, mais je n’arrivais plus à m’exprimer à l’entrainement, en compétitions. J’ai rejoint cette année le club d’Antibes avec Franck Esposito afin de préparer au mieux les jeux Olympiques de 2020. Les qualifications auront lieu en avril. Je serais prête » conclue la triple médaillée aux derniers championnats de France.

On retiendra aussi les performances des nageurs réunionnais Nans Mazellier de Saint-Paul dans la catégorie des moins de 15 ans qui s’est illustré dans le 100 m papillon avec un chrono de 56”17, et du jeune Matys Louise (ASEC) dans les moins de 13 ans sur 50 m brasse en 31”55 et 100 m brasse en 1’10”67.  A noter aussi l’exploit du métropolitain Léon Marchand dans les moins de 17 ans sur 50 m brasse en 28”74. Léon qui n’est autre que le fils de Xavier Marchand et Céline Bonnet, tous deux respectivement finalistes aux Jeux olympiques de 2 000 et 1992. Rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle édition, peut-être plus ouverte aux pays de la zone.

Texte et photos: Pierre Marchal

Retrouvez l’intégralité des résultats sur :
https://www.liveffn.com/cgi-bin/resultats.php?competition=63847&langue=fra

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentTroisième manche du championnat de skate
Article suivantLéon Marchand, recordman
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici