C’est aujourd’hui samedi à 15h50 heure de la Réunion que la Saint-Pierroise rencontrera pour les 32ème de finale l’équipe de Niort, de Ligue 2. Un match retransmis en direct sur Réunion Première. Pour l’occasion la ville de Saint-Pierre a dressé un écran géant sur la place de l’hôtel de Ville. Toute la Réunion veut croire en la victoire de l’équipe sudiste.

Petit Poucet de ces 32e de finale de la coupe de France, la JS Saint-Pierroise, qui affronte aujourd’hui les Chamois Niortais (L2), portera tous les espoirs de tous les ultramarins dans la compétition. Les Sudistes, qui rêvent d’un exploit, peuvent croire en leurs chances malgré l’écart de niveau entre les deux clubs: les Chamois restent en effet sur une vilaine série de deux défaites consécutives en championnat (1-0 face à Lens et 3-2 contre Chambly).

Arrivés le 31 décembre au matin, les joueurs du président LucayArayapin ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin et feront tout pour réaliser l’exploit du Geldar Kourou (Guyane) en 1989, seul club des outre-mer à avoir atteint le cap des 16e de finale de la compétition (battu 0-3 et 8-0 par le FC Nantes).

Mais la prudence reste tout de même de mise côté saint-pierrois, car même si les Chamois Niortais ne sont pas dans la forme de leur vie en championnat (18e au bord de la zone de relégation), on reste quand même lucide sur l’écart de niveau entre les deux clubs. “Sur un match tout est possible. Nos joueurs sont bien arrivés et donneront pour réaliser l’exploit même si Niort part largement favori”, assure LucayArayapin, inquiet plus par la fraîcheur du moment dans l’hexagone que par la motivation des Cigognes, qui joueront à n’en pas douter le match de leur vie.

Et en cas d’élimination prématurée dans la compétition, les Sudistes pourront néanmoins se consoler avec les dotations financières de la compétition: l’épopée saint-pierroise en coupe de France a déjà permis au club d’emmagasiner la bagatelle de 50 000 euros (7 500 euros au 7e tour, 15 000 euros lors du 8e tour et 30 000 pour ces 32e de finale). De quoi fêter comme il se doit avec leurs aficionados une année pleine pour le club, auteur du troisième triplé de son histoire (championnat + coupes) après ceux de 1971 et 1989.

Photo: Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentAdrien Baur, passion foot
Article suivantSaint-Pierre en 16ème de finale de la Coupe de France
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici