Le Tahitien est arrivé mercredi à Lyon pour y subir une opération des ligaments croisés du genou droit. Il devrait être absent pour 6 mois. 

C’est depuis sa chambre de l’Hôpital Privé Jean-Mermoz à Lyon, que Michel Bourez a annoncé la nouvelle ce matin sur son compte Instagram : « Je suis à Lyon pour faire une opération sur mon genou droit. J’ai cassé mes ligaments croisés pendant le 8es de finale du Quiksilver Pro France. J’ai supporté la douleur jusqu’en finale. Mon ménisque est un peu sectionné aussi. Il était temps de faire cette opération. Je m’étais blessé il y a quelques années déjà. Je serai hors de l’eau pendant 6 mois à peu près. J’ai la chance de me faire opérer par un des meilleurs, Bertrand Bertrand Sonnery-Cottet, ici à Lyon, que je remercie énormément. Voilà. Bon surf à tous ! »
5e des JO en juillet 
A 36 ans, Michel Bourez va subir une intervention chirurgicale qu’il a longtemps cru pouvoir repousser. Mais après une drôle de saison qui l’a vu prendre la 5e place des Jeux Olympiques en juillet à Tokyo et quitter le CT après 13 saisons consécutives, le Tahitien a dû se résigner. Sa blessure au genou qu’il traînait depuis longtemps s’est donc aggravée lors du Quiksilver Pro France en octobre dernier. Finaliste du Challenger Series, Michel Bourez avait pris un mois de repos avant de tenter de se maintenir (en vain) sur le dernier CS de l’année, fin novembre à Hawaii.
Paris-2024 à Teahupo’o dans 30 mois
Il ne tire pourtant pas un trait sur sa carrière puisqu’il vise toujours une deuxième participation aux JO, chez lui dans 30 mois. L’épreuve de surf se tiendra sur la vague de Teahupo’o, et Michel Bourez entend bien y participer comme il l’a souvent répété. Les modalités de qualification pour les JO n’étant pas encore connues, le Tahitien entendait retrouver le CT en 2023 via les compétitions Qualifying Series et Challenger Series de la WSL. Il manquera les QS du printemps et les deux premiers CS prévus en mai en Australie.
Opéré par une pointure à Lyon
Michel va être opéré par le docteur Bertrand Sonnery-Cottet, une pointure, qui s’est notamment occupé des croisés des rugbymen internationaux Mathieu Bastareaud en décembre et Charles Ollivon en juin dernier, mais aussi du skieur Jean-Baptiste Grange, du handballeur Daniel Narcisse ou encore des footballeurs Nabil Fekir, Karim Benzema et tout récemment Francis Coquelin.

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentSport aux centres de loisirs à Saint-Paul
Article suivantQuelle saison pour 2022 ?
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici