Les Marseillais ont mis fin à près de dix ans de disette dans le Clasico qui les opposait au PSG. C’est sur une passe décisive de Dimitri Payet que Florian Thauvin a marqué à la 31ème minute. Un match électrique où les cartons rouges étaient de sortie. Un bien mauvais début de saison pour les Parisiens avec deux défaites consécutives après leur match raté contre Lens.

Ce n’est pas encore la descente aux enfers, mais les Parisiens ont des raisons de douter et de s’interroger. Privés de leurs meilleurs éléments pour cause de Covid-19, Neymar n’a rien pu faire pour lutter contre la pression marseillaise. L’heure était à la revanche pour les sudistes, qui n’avaient pas envie de laisser passer une telle occasion face à une équipe diminuée. Après neuf ans de défaite face au PSG, la motivation était à son paroxysme. Malgré des gradins clairsemés, le Parc des Princes était tout acquis à ses joueurs, mais cela n’aura pas suffi. La combinaison Payet Thauvin a prouvé sa formidable efficacité. Et le Réunionnais, bien décidé à ne pas se laisser intimider par les banderoles insultantes ne faillira pas à sa mission de passeur.

Une rencontre qui a donné lieu à une altercation entre Dimitri Payet et Neymar dès le début du match. Les cartons jaunes et rouges se sont enchaînés dans les deux camps pour mener à 5 expulsions : carton rouge pour le Parisien Layvin Kurzawa et le Marseillais Jordan Amavi pour coups de pieds échangés. Dario Benedetto (OM) et Leandro Paredes (PSG) ont totalisé deux cartons jaunes alors que Neymar sera exclu après avoir donné une tape dans la nuque d’Alvaro Gonzalez. Un match tendu qui ne rentrera pas dans les annales du foot mais qui laissera un grand souvenir aux Marseillais heureux d’avoir su conjurer le sort en s’imposant 1 – 0 au Parc des Princes. Même si le rythme a manqué, la victoire résonne comme un véritable défi face à un PSG qui débute bien mal cette saison. Leur défaite face au RC Lens la semaine dernière alors que cela faisait 36 ans qu’ils ne l’avaient pas emporté, prouve que le PSG est en perte de vitesse. En l’absence de son capitaine Marquinhos et de ses buteurs Mbappé et Icardi, le PSG a enchaîné un deuxième match consécutif sans marquer. Un revers lourd de conséquences qui marque ainsi son pire départ en Championnat sous l’ère qatarienne.

Pour Dimitri Payet, la victoire est belle : « On avait à cœur de faire un résultat, au moins repartir avec un point, on avait un plan bien précis, on a été récompensés de nos efforts. Je pense que je vais me réveiller avec quelques douleurs, mais ça se soigne plus vite quand on gagne, je savais que j’allais avoir un accueil assez spécial. Ils sont sortis de leur match, on est restés concentrés. On n’a pas pris de but et on a su marquer pour gagner. Je n’ai rien à répondre sur le calendrier du PSG, on le respecte, on joue les matchs tels qu’ils arrivent, on a aussi eu deux déplacements, c’est leur problème et pas le mien.”

Pour l’auteur du but Florian Thauvin, “C’est une belle victoire pour nous, ça nous tenait à cœur et aux supporters, c’est que du plaisir ce soir. C’est vrai que quand on joue face à des équipes qui ont la maîtrise du ballon, on ne fait que courir. On a réussi à marquer, on a eu un bloc défensif, on a fait les efforts tous ensemble. On aura pas mal de matchs de Ligue des champions à jouer comme ça, c’était un bon test pour nous. On ne voulait pas rentrer dans ce jeu (de l’agressivité), c’est décevant que ça se termine comme ça, tout le monde a un exemple à donner. On a fait les efforts les uns pour les autres. On n’a pas été assez bons en contre-attaque.”

Texte et photo Pierre Marchal

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentTrois Réunionnais en coupe d’Europe à Augsbourg
Article suivantUn militaire du PGHM de La Réunion décède dans un accident de parapente en Haute-Savoie.
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici