Le couperet est tombé pour le comité Grand Raid. Au vu de la situation sanitaire, le préfet a en effet décidé de ne pas autoriser les courses qui devaient se dérouler entre le 15 et le 18 octobre prochains.

Cette concertation avec les instances préfectorales avait débuté au mois de juin et trouve aujourd’hui son épilogue. Malheureusement, le préfet n’est pas allé dans le sens du comité organisateur, malgré les adaptations sanitaires que comptait mettre en place ce dernier pour l’ensemble des épreuves.

Avant la décision du préfet ce vendredi, Robert Chicaud, président du comité Grand Raid, avait rencontré en août dernier les maires de Saint-Denis Ericka Bareigts et de Saint-Pierre Michel Fontaine, villes-étapes de la célèbre diagonale. Le chef-lieu accueille en effet les arrivées des différentes courses (Mascareignes, Trail de Bourbon, la course-relais Zembrocal Trail et la Diagonale des Fous) tandis que la capitale du Sud est le lieu de départ de la Diagonale.

Le patron du Grand Raid, d’un naturel optimiste, espérait encore le maintien des quatre courses le mois prochain. Interrogé sur la possibilité d’un “plan B”, Robert Chicaud disait même vouloir “rester dans le concret” avant d’envisager quoi que ce soit. “Des plans, il peut y en avoir des A, des B, des C… Ils existent lorsqu’on se heurte aux premières difficultés. Pour le moment, il n’y a pas de difficultés majeures. Nous sommes à l’écoute, dans un climat de concertation et de communication. On ne traite pas de manière succincte et légère un problème aussi grave”, nous déclarait même Robert Chicaud deux jours avant l’audience avec le préfet.

Une nouvelle réunion en préfecture s’est déroulée ce mercredi 9 septembre pour aborder l’épineuse question du maintien (ou non) du Grand Raid. Les représentants des différentes municipalités ont fait part de leurs avis majoritairement défavorables, au grand dam du président de l’association Grand Raid.

“On comprend qu’il y a des gens qui s’entraînent toute l’année, mais le Grand Raid est une grande fête de partage et il faut que ça se passe dans de bonnes conditions. On a proposé que les communes puissent accompagner le Grand Raid sur un report”, réagit Emmanuel Séraphin, président du TCO, pour qui les éléments ne sont pas réunis pour permettre le maintien. Et de noter : “Les habitants de Mafate ont peur”.

À la sortie de la réunion en préfecture, Robert Chico commentait : “À la quasi-unanimité, les maires présents ont été contre le maintien. Le sentiment que j’ai eu, c’est que la décision était prise, on peut regretter qu’on ne nous en ai pas fait part avant” ajoutant qu’il s’agit d’une “position excessive”.

Après plusieurs réunions de concertation entre les différentes parties, le préfet de la Réunion a estimé que les conditions sanitaires actuelles liées à la Covid-19, ne permettaient pas le déroulement de l’épreuve dans des conditions optimales de sécurité pour les coureurs et le public.

Photos Pierre Marchal

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentTour Cycliste Antenne Réunion
Article suivantGrand Raid : « Un incident de parcours »
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici